Bernard de Fallois ou les bonheurs discrets de l’édition | Livres Hebdo

Par Laurent Lemire, le 12.01.2018 (mis à jour le 12.01.2018 à 08h27) Disparition

Bernard de Fallois ou les bonheurs discrets de l’édition

Bernard de Fallois en 1991. - DR/ARCHIVES LIVRES HEBDO

L’éditeur mort à 91 ans incarnait une tradition où le classicisme servait d’arbitre des élégances.

"Si vous êtes intéressé, vous devez venir à Paris déjeuner avec moi." Steven Spielberg qui veut adapter La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker lui fait répondre qu’il n’a pas le temps. "S’il ne vient pas, c’est que ça ne l’intéresse pas !" Clap de fin. L’anecdote résume bien le caractère entier de Bernard de Fallois.

L’homme pratiquait l’édition à l’ancienne, comme on le dit d’un ar

Lire la suite (6 250 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [1,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre