Beyoncé et Jay-Z au musée: chapeau bas au Louvre | Livres Hebdo

L'Eco(nomie) des livres

Françoise Benhamou

Françoise Benhamou est économiste, professeur des universités. Elle enseigne à Sciences Po Paris, à l'Institut National de l'Audiovisuel et à l'Institut National du patrimoine. Elle est notamment prés idente de l'ACEI (Association for Cultural Economics International), membre du Conseil d'administration et du Conseil scientifique du musée du Louvre, membre du Conseil d'orientation de la fondation Jean Jaurès, du Conseil d'orientation du Centre national de la Variété, du Comité consultatif des programmes de la chaîne ARTE.En 2012, elle a rejoint l'ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). Elle a publié de nombreux articles, rapports, ouvrages, parmi lesquels : "L'économie de la culture" (La Découverte, 7ème éd. 2011), "L'économie du star system" (Odile Jacob, 2002), "Les dérèglements de l'exception culturelle" (Le Seuil, 2006), "Droit d'auteur et copyright" (avec J. Farchy, La Découverte, 2ème éd. 2009), "L'économie du patrimoine culturel" (La Découverte, 2012). lire la suite

Il y a 2 mois 4 semaines Blog

Beyoncé et Jay-Z au musée: chapeau bas au Louvre

CAPTURE D'ÉCRAN YOUTUBE.

23 millions de personnes sont déjà entrées virtuellement au Louvre grâce au clip "Apeshit", tourné dans le musée déserté.

23 millions de personnes (et sans nul doute plus encore de monde dans les jours qui viennent) sont entrées virtuellement au Louvre grâce au clip de Beyoncé et Jay-Z. Belle chorégraphie sur les marches du grand escalier intérieur, plans devant les blockbusters du musée: La Joconde, la Vénus de Milo, le Sacre de Napoléon,... mais aussi le Portrait d’une femme noire (Portrait d'une négresse ) de Marie-Guillemine Benoist.
 
Le Louvre avait invité de longue date des artistes contemporains à exposer au milieu des œuvres. Cette envolée vers d’autres disciplines, la danse et les musiques actuelles, avec l’outil du numérique qui permet l’immédiateté et une certaine forme de proximité, était sacrément culottée. Elle est aussi sacrément réussie.
 
On peut simplement regretter que la liste des œuvres ne figure pas à la fin du clip,  éventuellement assortie d’un petit plan permettant de les retrouver aisément dans le palais du Louvre.
 
Parions que sur les 23 millions de visiteurs, un bon nombre n’est jamais entré au musée. C’est là une des formes de la démocratisation des temps modernes.

close

S’abonner à #La Lettre