Deauville: Pascal Quignard et Sylvie Allouche récompensés à Livres & Musiques | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 16.04.2018 à 16h53 (mis à jour le 16.04.2018 à 17h00) Lauréats

Deauville: Pascal Quignard et Sylvie Allouche récompensés à Livres & Musiques

EUGENIO PRIETO GABRIEL / DR LE LISERON

Une biographie romancée et un livre jeunesse policier ont reçu les deux prix du Festival Livres & Musiques de Deauville qui avait lieu ce week-end.

Le 15e Festival Livres & Musiques de Deauville s'est déroulé ce week-end. Deux prix sont traditionnellement décernés, le Prix de la Ville de Deauville et le Prix des Ados, qui célébrait cette année ses 10 ans.

Le jury du Prix de la Ville de Deauville, présidé par Jérôme Garcin, a distingué Pascal Quignard pour son roman Dans ce jardin qu'on aimait tant (Grasset). Le prix est doté de 4500€. L'auteur était sélectionné aux côtés de Cécile Balavoine (Maestro, Mercure de France), Stéphanie Kalfon (Les parapluies d’Erik Satie, Joëlle Losfeld), Akira Mizubayashi (Un amour de mille-ans, Gallimard), Eric Reinhardt (La chambre des époux, Gallimard) et Alexandre Tharaud (Montrez-moi vos mains, Grasset).

C'est la deuxième fois que Grasset remporte ce prix, deux ans après le tome 2 de Vernon Subutex de Virginie Despentes.

Dans ce jardin qu'on aimait, paru en mai 2017, l'auteur retrace l'histoire du révérend Simeon Pease Cheney. Celui-ci a noté tous les chants des oiseaux qui venaient pépier dans son jardin, dans les années 1860-1880. Passionné par les sons, il portait un amour absolu à sa femme disparue. 

Le Prix des Ados a été remporté par Sylvie Allouche pour son roman Stabat Murder (Syros). Publié en mars 2017, ce livre jeunesse suit Valentin, Matthis, Mia et Sacha, trois étudiants en piano au conservatoire national supérieur de musique. Inséparables, ils sont néanmoins en compétition et leurs vies d'adolescents n'ont rien de normales, sans cesse tournées vers le perfectionnement et les concours. Un jour, ils disparaissent. La commissaire Clara Di Lazio s'intéresse alors de plus près à leurs familles.
close

S’abonner à #La Lettre