Par Isabel Contreras, le 14.09.2017 à 17h35 (mis à jour le 15.09.2017 à 15h19) Grands prix d'automne

Le Femina livre ses premières sélections 2017

Arno Bertina - FRANCESCA MANTOVANI/GALLIMARD

Le jury du Femina a dévoilé jeudi 14 septembre deux listes composées de 15 romans français et de 13 romans étrangers.

Quinze romans français et treize romans étrangers composent la première sélection du prix Femina 2017.

Une grande partie des auteurs retenus a déjà eu les honneurs des sélections des autres grands prix d'automne, notamment Alice Zeniter, Philippe Jaenada et Véronique Olmi. Mais c'est surtout François-Henri Désérable qui fait le plein. Avec Un certain M. Pikielny (Gallimard), l'auteur a été retenu par le Goncourt, le Renaudot et le Médicis, et le voilà désormais inscrit au Femina.

A noter également que le jury n'a retenu qu'un seul primoromancier, Jean-Baptiste Andréa.

Gallimard et Albin Michel sont les deux maisons qui ont placé le plus de titres, avec quatre romans chacune. Les prochaines sélections auront lieu les 4 et 17 octobre, avant la remise des prix le 8 novembre.

Romans français
  • L'avancée de la nuit de Jakuta Alikavazovic (L'Olivier)
  • Ma reine de Jean-Baptiste Andrea (L'Iconoclaste)
  • Des châteaux qui brûlent d'Arno Bertina (Verticales)
  • Indocile d'Yves Bichet (Mercure de France)
  • Sucre noir de Miguel Bonnefoy (Rivages)
  • Un certain M. Piekielny de François-Henri Désérable (Gallimard)
  • Un loup pour l'homme de Brigitte Giraud (Flammarion)
  • Tiens ferme ta couronne de Yannick Haenel (Gallimard)
  • La serpe de Philippe Jaenada (Julliard)
  • Kong de Michel Le Bris (Grasset)
  • L'empereur à pied de Charif Madjalani, (Seuil)
  • Bakhita de Véronique Olmi (Albin Michel)
  • Le songe du photographe de Patricia Reznikov (Albin Michel)
  • L'ordre du jour d'Eric Vuillard (Actes Sud)
  • L'art de perdre d'Alice Zeniter (Flammarion).
Romans étrangers
  • C'est le cœur qui lâche en dernier de Margaret Atwood traduit de l'anglais par Michèle Albaret-Maatsch (Robert Laffont)
  • Le cœur battant de nos mères de Britt Bennett traduit de l'anglais par Jean Esch (Autrement)
  • Les huit montagnes de Paolo Cognetti traduit de l'italien par Anita Rochedy (Stock)
  • Vous n'êtes pas venus au monde pour rester seuls d'Eivind Hofstad Evjemo traduit du norvégien par Terje Sinding (Grasset)
  • Vera de Karl Geary traduit de l'anglais par Céline Leroy (Rivages)
  • Le passé de Tessa Hadley traduit de l'anglais par Aurélie Tronchet (Bourgois)
  • La salle de bal d'Anna Hope traduit de l'anglais par Elodie Leplat (Gallimard)
  • Aux confins du monde de Karl Ove Knausgaard traduit du norvégien par Marie-Pierre Fiquet (Denoël)
  • La vie en temps de paix de Francesco Pecorao traduit de l'italien par Marc Lesage (J-C. Lattès)
  • Cox ou la course du temps de Christoph Ransmayr traduit de l'allemand par Bernard Kreiss (Albin Michel)
  • La tanche d'Inge Schilperoord traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin (Belfond)
  • Underground Railroad de Colson Whitehead traduit de l'américain par Serge Chauvin (Albin Michel)
  • Ecrire pour sauver une vie, le dossier Louis Till de John Edgar Wideman traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Catherine Richard-Mas (Gallimard).
close

S’abonner à #La Lettre