Par Pierre Georges, le 03.11.2015 à 12h45 (mis à jour le 03.11.2015 à 13h44) Lauréat

Mathias Enard sacré par le prix Goncourt 2015

Mathias Enard. - OLIVIER DION

Le prix Goncourt 2015 a été décerné à Boussole (Actes Sud) de Mathias Enard.

Un tour aura suffi au jury Goncourt pour désigner mardi 3 novembre Boussole (Actes Sud) de Mathias Enard comme roman lauréat de son prix 2015 par six voix contre deux voix pour Tobie Nathan, une pour Hédi Kaddour. La sélection finale comprenait en effet Ce pays qui te ressemble (Stock) de Tobie Nathan, Les prépondérants (Gallimard) d’Hédi Kaddour et Titus n’aimait pas Bérénice (P.O.L.) de Nathalie Azoulai.

Boussole met en scène un musicologue viennois qui se replonge dans ses souvenirs et son amour pour l’Orient, en se remémorant une nuit, qui se déploie sur 400 pages. Le roman, qui figurait parmi les titres les plus remarqués de la rentrée littéraire, avait déjà reçu, vendredi 11 septembre, le prix des libraires de Nancy et des journalistes du Point, et faisait également partie des sélections du prix du roman Fnac et du prix littéraire du Monde.

Dans son avant-critique publiée par Livres Hebdo le 12 juin dernier, Sean James Rose parle d’un roman "ambitieux, dont l’ampleur absorbe et fascine". "L’orientalisme chez Mathias Enard est un désir du dehors qui masque mal une fatigue de soi, poursuit-il. Son roman de rentrée littéraire est un vertigineux tour de force, et l’on est entraîné dans les méandres de l’âme triste de son narrateur".

Traducteur arabisant et persianisant, diplômé de l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) ayant fait de longs séjours au Moyen-Orient, Mathias Enard, 43 ans, est l’auteur de huit romans (dont six sont publiés par Actes Sud). Parmi ceux-ci: Rue des voleurs en 2012 ou Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants, prix Goncourt des Lycéens en 2010. 

C’est la troisième fois qu’Actes Sud remporte le prix Goncourt, après Le Soleil des Scorta de Laurent Gaudé en 2004 et Le Sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari en 2012.

L’an dernier, le prix Goncourt avait été décerné à Lydie Salvayre pour Pas pleurer (Seuil). 
close

S’abonner à #La Lettre