Par Marine Durand, le 22.11.2016 à 16h02 (mis à jour le 22.11.2016 à 17h00) proclamation

Négar Djavadi reçoit le Prix du Style 2016

Négar Djavadi - P. MATSAS

La scénariste et réalisatrice d'origine iranienne a été choisie par le jury avec son premier roman Désorientale (Liana Lévi), qui avait été sélectionné pour le Prix du roman Fnac, le Prix littéraire du Monde et le Prix Femina.

Le Prix du Style 2016 a été décerné, mardi 22 novembre au Brand Store BMW George V, à Négar Djavadi pour son premier roman Désorientale, paru au mois d'août chez Liana Lévi. C'est le troisième prix de la saison pour Négar Djavadi après ceux des libraires L'Autre monde et Folies d'encre. Il était également finaliste du Prix du roman Fnac et avait été sélectionné pour le Prix littéraire du Monde et le Prix Femina.

Les treize membres du jury du Prix du Style l'ont choisie par 6 voix contre 3 voix à Véronique Ovaldé pour Soyez imprudents les enfants (Flammarion) et 2 voix à Valentine Goby pour Un paquebot dans les arbres (Actes Sud). La lauréate a reçu un vélo électrique de la part du partenaire du prix BMW, ainsi qu'un chèque d'un montant équivalent au nombre de pages de son livre, soit 347 euros, et d'un Flyer Cult, un outil de promotion des livres en ligne.

Dans Désorientale, Négar Djavadi, scénariste et réalisatrice d'origine iranienne, raconte le parcours de Kimiâ Sadr, native de Téhéran mais exilée en France, qui suit un protocole d'insémination artificielle pour avoir un enfant avec son amie, Anna. Dans la salle d'attente, elle se remémore ses souvenirs, sa famille, ses parents, opposés aux différents régimes en place. Le roman, tout en racontant l'Iran des années 1970, évoque les questions d'identité, d'exil et de transmission.

Dans son avant-portrait de la primo-romancière (Livres Hebdo du 10 juin), Véronique Rossignol parle de Désorientale en évoquant une "fresque ample, politique, mais aussi musicale et cinématographique, les deux amours de cette scénariste qui vient de l’image et a placé en exergue du roman les paroles d’une chanson de PJ Harvey". Le jury du Prix du Style a de son côté apprécié le "style très visuel de l'auteur", qui "emprunte et adapte les codes de l'écriture scénaristique pour les mettre au service d'un roman autobiographique puissant et percutant".

Négar Djavadi est née en Iran en 1969 dans une famille d’intellectuels opposants au Shah puis à Khomeiny. Elle est arrivée en France clandestinement à l'âge de 11 ans. Diplômée de l’Insas, une école de cinéma bruxelloise, elle a travaillé plusieurs années derrière la caméra avant de se consacrer à l’écriture de scénarios.
close

S’abonner à #La Lettre