Par Kerenn Elkaim, le 09.06.2017 Entretien

Orhan Pamuk "Je suis l’écrivain d’Istanbul"

Orhan Pamuk chez Gallimard, en 2007. - C. HÉLIE/GALLIMARD

"On a parfois besoin de la fiction pour comprendre la condition humaine", déclare Orhan Pamuk. L’écrivain turc tente de la saisir à travers ses grandes fresques romanesques. La dernière en date, Cette chose étrange en moi, qui paraît le 31 août chez Gallimard, lui a pris six ans. Dense, se déployant sur 685 pages, elle magnifie ses thèmes habituels : la famille, l’amour, la part de destin et de li

Lire la suite (9 010 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [1,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article
close

S’abonner à #La Lettre