La Fondation Jérôme Seydoux exhume les premières adaptations de classiques de la littérature | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 19.12.2019 à 14h03 (mis à jour le 20.12.2019 à 12h00) Cinéma

La Fondation Jérôme Seydoux exhume les premières adaptations de classiques de la littérature

L'Auberge rouge de Jean Epstein (1923) - Photo COLLECTION FONDATION JÉRÔME SEYDOUX-PATHÉ

Tous les publics pourront découvrir sur grand écran et en Ciné-Concert des chefs-d’oeuvre du cinéma muet inspirés des plus grands écrivains du XIXème siècle.

La Fondation Jérôme Seydoux - Pathé, située au 73 avenue des Gobelins à Paris, organise du 21 décembre 2019 au 21 janvier 2020 un cycle consacré aux adaptations de la littérature du XIXe siècle. "De la page à l'écran" mettra en lumière les toutes premières adaptations cinématographiques - mélodrames, romans réalistes, études philosophiques… - des plus grandes oeuvres de la littérature.

Ce cycle a été élaboré en partenariat avec Anne-Marie Baron, présidente de la Société des Amis d'Honoré de Balzac et de la Maison de Balzac et critique de cinéma. Elle a dirigé le numéro 173 de CinémAction : Balzac à l’écran (Charles Corlet, décembre 2019).

Parmi les films projetés, il y aura plusieurs films adaptés des romans d'Honoré de BalzacL’Auberge rouge de Jean Epstein, Narayana de Léon Poirier, d’après le roman La Peau de chagrin, Le Père Goriot de Jacques de Baroncelli, Eugénie Grandet d'Emile Chautard, La cousine Bette de Max de Rieux...

Victor Hugo fut lui aussi très rapidement adapté au cinéma, notamment en 1925-1926 avec Les Misérables (en quatre parties) d'Henri Fescourt, en 1923 avec Notre-Dame de Paris de Wallace Worsley et en 1921 par Albert Capellani et André Antoine avec Quatre-vingt-treize (en deux parties). Capellani est d'ailleurs très présent dans le programme avec L'assomoir, d'après le roman éponyme d'Emile Zola, Cendrillon ou la pantoufle merveilleuse et La Belle au bois dormant, d’après les contes éponymes de Charles Perrault. Sans oublier Mauprat de Jean Epstein, d’après le roman éponyme de Georges Sand...
 
close

S’abonner à #La Lettre