PARIS

La librairie Gros Calin jette "un pont entre le monde de l'entreprise et celui de la réflexion"

La librairie Gros Câlin, au 72 rue de Miromesnil (Paris, 8e), a ouvert ses portes en janvier 2021 après trois mois de travaux.

La librairie Gros Calin jette "un pont entre le monde de l'entreprise et celui de la réflexion"

Organiser une rencontre entre une entreprise minière implantée en Afrique et un auteur tchadien ? La librairie Gros Calin, pensée comme un "salon de réflexion", l'a fait et le refera, sur d'autres thèmes, avec d'autres sociétés. Blogueur littéraire et diplômé d'école de commerce, Guerrick Fouchet fait le pari de rapprocher ces deux univers, dans un esprit de "bien-être intellectuel". Explications avec ce jeune libraire, installé à Paris.

J’achète l’article 1.50 €

Par Souen Léger,
Créé le 30.06.2021 à 16h30,
Mis à jour le 30.06.2021 à 17h00

C'est une librairie pensée comme un appartement cosy, et comme un "Gros Calin" à tous les curieux de lecture, qui a ouvert mi-janvier au 72 rue de Miromesnil, dans le 8e arrondissement parisien. Une adresse loin d'être anodine puisque Guerrick Fouchet, fondateur du lieu avec sa compagne, entend bien attirer entre ses murs bleus les entreprises de ce quartier d'affaires, à deux pas de l'Elysée. 

Au fil de ses rencontres avec des éditeurs et des auteurs, le couple, qui tient depuis plusieurs années le blog littéraire Biblioo.philia (plus de 9000 abonnés sur Instagram), souhaite "monter une librairie qui soit aussi un lieu de vie, pensé pour l'événementiel et pour créer un pont entre le monde de l'entreprise et le monde de la réflexion", explique Guerrick Fouchet, qui tient désormais la boutique. 

Nourrir la réflexion en entreprise

Guerrick Fouchet dans sa librairie.

Issu d'une formation en philosophie, et diplômé d'une école de commerce, le jeune libraire se situe à la croisée de ces deux univers qui peinent parfois à se rencontrer. "Les entreprises sont souvent en panne d'inspiration et souffrent d'un manque de matière intellectuelle pour répondre à des problématiques en interne, mieux aborder certains sujets de société", estime-t-il.

Le nom de la librairie, emprunté au premier roman de Romain Gary (signé Emile Ajar), révèle bien cette orientation, avec un double clin d'oeil : au câlin tout d'abord, porteur d'une vision "humaine et fun du métier de libraire", mais aussi au personnage principal du livre, "Michel Cousin, un homme malheureux en entreprise qui cherche des lieux chaleureux", résume Guerrick Fouquet. 

Littérature, beaux livres, rayon sciences humaines… "Le but est de ne pas être élitiste, de proposer une sélection qui plaise à tout le monde", défend-il. Une exception toutefois à cette parcimonie : l'œuvre de Romain Gary, auteur fétiche de Guerrick Fouchet, qui est la seule à figurer intégralement sur les étagères de cette librairie singulière. 

"Interventions" et bibliothèques sur-mesure

Tables basses, fauteuils, tapis moelleux, espace atelier pour les petits et les grands… Le libraire mise sur un accueil douillet pour séduire les entreprises en quête d'un lieu de réunion convivial, en particulier en cette période de crise sanitaire où le télétravail et la fermeture de certains bureaux physiques peuvent éloigner les collaborateurs. Pour enrichir ces meetings, la librairie propose d'y ajouter des rencontres avec des écrivains, des philosophes, des économistes.

Un concept tourné vers "le bien-être intellectuel" qui a déjà séduit plusieurs structures, à l'instar de l'entreprise minière Eramet qui y a organisé une session de travail au printemps. "A la fin de la journée, ils ont pu rencontrer Célestin Clamra, un auteur tchadien, et échanger avec lui sur l'impact d'une entreprise française dans les pays africains, auprès de la population locale", retrace Guerrick Fouchet. Le patron de Kiko, une société de cosmétiques, a par ailleurs sollicité le libraire pour organiser un débat philosophique avec ses managers afin de nourrir leur réflexion en vue d'un comité de direction se tenant le lendemain. "Il s'agissait de voir comment établir une ligne d'entreprise qui soit très inclusive et sensible au sujet du handicap et de la femme, par exemple", précise-t-il.  

Outre ces privatisations, Gros Calin proposera dès la rentrée de septembre des "interventions" – également ouvertes aux particuliers –  "pour exporter la librairie dans les entreprises en leur proposant une veille littéraire hebdomadaire ou mensuelle".

Ateliers d'écriture business

Face au succès du lieu, flambant neuf après trois mois de travaux, Guerrick Fouchet a par ailleurs imaginé un service original d'aménagement de bibliothèque sur-mesure avec des architectes, le tout accompagné d'une sélection d'ouvrages selon les demandes du client. "J'ai déjà reçu deux commandes : une particulière pour son domicile, et une demande pro pour aménager des étagères dans un hall d'accueil", indique le libraire aux multiples casquettes. Il se fait aussi découvreur d'objets, essentiellement réalisés par des créateurs parisiens : papeterie, céramique, broderie, miel et thé sont ainsi vendus sur place. 

Outre les animations pour enfants, qui disposent d'un espace dédié, Gros Calin organisera dès l'automne des ateliers d'écriture pour adultes, fidèles à la pâte "business" du lieu avec des sessions destinées à la rédaction de mails pros ou de discours. 

Des clubs de lecture devraient également se constituer dans ce lieu qui rassemble 2 500 livres. "Nous voulions proposer une vraie sélection littéraire, dans un esprit de responsabilité de consommation", explique Guerrick Fouchet qui regrette de voir les ouvrages invendus partir au pilon.


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités