Frédéric Schiffter et Rodrigo Blanco Calderone reçoivent le Prix Rive Gauche | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 01.07.2016 à 15h04 (mis à jour le 01.07.2016 à 16h00) Lauréats

Frédéric Schiffter et Rodrigo Blanco Calderone reçoivent le Prix Rive Gauche

Frédéric Schiffter et Rodrigo Blanco Calderone. - D. PRUVOST/ C. HÉLIE

La 6e édition du Prix Rive Gauche à Paris a distingué On ne meurt pas de chagrin (Flammarion) dans la catégorie roman français, The Night (Gallimard) dans la catégorie du roman étranger et la revue littéraire Apulée.

La sixième édition du Prix Rive Gauche à Paris a récompensé le 30 juin le roman français de Frédéric Schiffter, On ne meurt pas de chagrin (Flammarion) et le roman étranger de Rodrigo Blanco Calderone, The Night (Gallimard), traduit de l'espagnol par Robert Amutio.

Sur 18 votants, On ne meurt pas de chagrin l’a emporté à 8 voix contre 5 voix pour Barbe rose de Mathieu Simonet paru au Seuil, et 4 voix à Les gens heureux n’ont pas d’histoire d’Eloïse Lièvre paru chez Lattès

Le Collège littéraire, présidé par Laurence Biaya, a été "sensible à la façon dont l’auteur explore la trace d’une douleur intime en bannissant la sacro-sainte "pudeur" et le moralisme sentimental, ainsi qu’à la manière dont il tutoie dans une ultime apostrophe celui qu’il perdit à l’âge de 10 ans." "Un style exceptionnel fait la force de ce livre qui narre la disparition vécue tel un premier apprentissage du vide, un creuset pour le refus des illusions vitales, l’allergie à la foi religieuse et l’allégeance au hasard" ajoute le communiqué du prix.

The night l’a emporté à 10 voix contre 4 à De la nature des Dieux d’Antonio Lobo Antunes paru chez Christian Bourgois éditeur, 3 voix à Le fracas du temps de Julian Barnes paru au Mercure de France, et une voix à Les pêcheurs de Chicoze Obioma paru aux Editions de l’Olivier.

"La maîtrise du récit de ce roman choral vertigineux, qui rend un hommage flamboyant à James Ellroy, et où les histoires se succèdent et poussent le lecteur jusqu'au bout de la nuit d'une des villes les plus dangereuses au monde" a enthousiasmé le collège, qui souligne que la "narration haletante" de The Night "brosse une métaphore épique et atypique de notre époque, en nous faisant revivre brillamment l'aventure des avant-gardes politiques et littéraires du XXe siècle, leur fougue, leur esprit de liberté."

Par ailleurs le Prix Rive Gauche à Paris 2016 de la revue littéraire a récompensé Apulée, créé cette année par les éditions Zulma.
close

S’abonner à #La Lettre