Par Sean James Rose, le 19.05.2017 28 août > Roman France > Vincent Jolit

A la recherche du firmament perdu

Vincent Jolit - RICHARD DUMAS/FAYARD

Vincent Jolit signe un court roman au lyrisme ténu, dont le narrateur hospitalisé tente de lire Proust, s’échappe en imagination par la fenêtre, et se souvient.

Le temps quand on en a, ne pas le tuer. Même s’il est long, trop long, trop lourd sur un lit d’hôpital. Mieux vaut s’y plonger comme dans les pages d’un chef-d’œuvre qu’on avait négligé plus jeune. Le narrateur de Presqu’île de Vincent Jolit a choisi Proust. Pourtant la solitude propice à la concentration, à laquelle le patient aspirait, ne viendra jamais. Elle est doublée par la compagnie d’un vo

Lire la suite (1 970 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [1,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article

Cet article fait partie du dossier:

Thématique

Livre cité (1)

Auteur cité (1)

close

S’abonner à #La Lettre