La sélection du Renaudot critiquée par les librairies | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, le 11.09.2018 à 15h48 (mis à jour le 17.09.2018 à 09h24) Polémique

La sélection du Renaudot critiquée par les librairies

Marco Koskas

La présence dans la première sélection du Renaudot du roman Bande de Français de Marco Koskas, autoédité sur la plateforme Createspace d’Amazon, suscite de vives critiques de la part des libraires. 

En prenant la décision de sélectionner Bande de Français de Marco Koskas dans sa première liste, le jury du Renaudot s’est attiré les foudres des libraires. Le secteur s’indigne de la présence de ce roman autoédité à compte d’auteur via la plateforme Createspace d’Amazon. 

"Par ce choix, le prix Renaudot sait-il qu’il rend un bien mauvais service à l’auteur lui-même, aux libraires et donne un signal inquiétant pour l’avenir de la création et de la diffusion du livre?" interroge dans un communiqué le Syndicat national de la librairie (SLF), qui exhorte les jurés à "[défendre] le livre et non ceux qui le menacent". 

"Risque réel"

"Ce titre, diffusé en exclusivité par Amazon, n’est, de ce fait, présent dans aucune des 3 500 librairies françaises. Comment priver un auteur du premier réseau de vente de livres en France quand l’objet d’un prix littéraire est de promouvoir auprès du public les titres sélectionnés?", continue le SLF. De fait, les libraires auront des difficultés à se procurer l’ouvrage d’autant plus que, "moralement", selon le syndicat, ceux-ci refusent de se tourner vers Amazon.

"Il ne veut pas seulement s’imposer comme un acteur important du marché du livre, il veut devenir le marché à lui tout seul en éliminant ses concurrents, en organisant une concurrence déloyale, en échappant à l’impôt, en contournant le prix unique du livre et en remplaçant tout à la fois les éditeurs, les distributeurs et les libraires. Ce modèle entraîne un risque réel pour la création et la diffusion du livre elles-mêmes", affirme le SLF.

"Trahison"

Le secteur ne semble pas se mettre vent debout contre l’autoédition, mais contre Amazon, ce "concurrent le plus féroce […] qui se targue d’éradiquer toutes les librairies", décrit par la libraire Mélanie Le Saux dans une lettre ouverte publiée sur Facebook vendredi 7 septembre avant d’être relayée dans BibliObs.

La libraire, qui évoque une "trahison" de la part des jurés du Renaudot, "ne peut pas croire un instant que [les jurés] soient inconscients de la portée de [leur] acte, qu’[ils] ne [se] rendent pas compte que les libraires vont devoir désormais acheter et donc rapporter de l’argent à celui-là même qui veut leur fin". 

2000 exemplaires

Interrogé par Livres Hebdo, Marco Koskas voit l’autoédition comme une situation "provisoire" après avoir essuyé "quarante refus". L’auteur, qui "n’aime pas le virtuel", souhaite publier son ouvrage en version papier et trouver "un éditeur qui ait envie de le publier". 

Publié le 27 avril 2018 et écoulé à 2 000 exemplaires selon l’auteur, Bande de Français prend pour thème l’immigration (ou Alyah en hébreu) des Juifs français fuyant l’antisémitisme pour s’installer à Tel-Aviv (Israël) à travers l’histoire d’une bande d’amis. Il s’agit du 15e ouvrage de Marco Koskas qui a déjà publié Destino (Grasset, 1981), L’homme de paille (Calmann-Lévy, 1988) ou encore Ivresse du reproche (Fayard, 2013).
close

S’abonner à #La Lettre