Le Monde Numérique

Dougal Thomson

Dougal Thomson est un journaliste écossais qui a travaillé pour The Economist à Londres et à Genève avant de devenir en 2013 directeur de la communication de l'Union internationale des éditeurs (UIE). Ecrivant actuellement un roman sur l'industrie des médias pendant les années 2000, il s'intéresse aux nouveaux modèles économiques qui surgissent grâce aux possibilités de l'Internet et du monde connecté. Il explore les moyens qu'ont les acteurs du marché de l'édition de profiter au maximum des possibilités offertes par la numérisation : développement du livre numérique, e-commerce, prêt numérique, utilisation des réseaux sociaux, etc. lire la suite

Il y a 1 an 5 mois - 1 commentaire Blog

Le futur du livre se jouera sur YouTube

Le 6 Septembre 2014, 8000 fans enthousiastes ont assiégé la librairie Waterstones à Piccadilly, au centre de Londres, désespérée d'assister à une séance de dédicaces d’Alfie Deyes, un jeune homme de 21 ans.

Un mois plus tard, Zoe Sugg (24 ans) a publié Girl Online. Ce livre est devenu le « bestselling » premier roman anglais de tous les temps au Royaume Uni. Alfie Deyes et Zoe Sugg, ces deux grands succès de l'année de l’édition 2014, ont deux choses en commun:
1. Très peu d’adultes savent qui ils sont.
2. Ils sont blogueurs vidéo sur YouTube.
 
Chaque mois, plus d'un milliard de personnes visitent YouTube, regardant plus de 6 milliards d'heures de vidéo (en croissance de 50% par an). La chaîne YouTube d’un jeune suédois, Felix Kjellberg, est suivi par 33 millions personnes. Ses clips (des commentaires sur les jeux vidéos) ont  été visionnés plus de 7 milliards de fois. Eh oui : sept MILLIARDS de fois.

Jeffrey Katzenberg, le PDG de DreamWorks Animation a récemment déclaré dans le New Yorker que « dans les cinq ans, YouTube sera la plus grande plateforme de médias, de loin, dans le monde entier. » La question qui se pose pour l'industrie de l'édition est : « et nous là-dedans? »
Manifestement, une option serait de publier, au plus vite, un mémoire de Felix Kjellberg. Plus réalistes et plus universelles seront les opportunités de travailler avec les « booktubers », ces internautes qui mettent en ligne des vidéos parlant des livres et de la lecture.

Car les booktubers sont en plein essor. Les plus suivis ont déjà des centaines de milliers d'abonnés et ils obtiennent des millions de vues pour leurs vidéos. Pour une simple et bonne raison : bien que la lecture soit un acte solitaire, beaucoup de gens aiment parler de livres avec d'autres qui partagent leur passion. Les clubs de lecture ont toujours existé pour faciliter cela. Désormais avec YouTube, ces échanges se réalisent à une échelle massive et planétaire.

Une chaîne YouTube qui connaît un grand succès est polandbananasBOOKS, dont les vidéos sont regardées plus de 800000 fois par mois. Christine Riccio, qui publie le site, y met une gamme variée de types de vidéos. Elle passe en revue des titres, partageant ses impressions et ses sentiments. Elle produit aussi des « Sketches », vidéos thématiques telles que «Comment vous sentez-vous à la fin d'un grand livre?" ou "E-Books vs Real Books".

Comme beaucoup de booktubers, elle présente des « book hauls » (butin de livres) où elle parle des livres qu’elle a reçus récemment, et des « bookshelf tours » où elle parle des titres sur son étagère.

Chaque vidéo est présentée dans un style optimiste et enthousiaste. En tant que natifs numériques, les booktubers savent instinctivement comment générer de l'engagement et de la propagation à travers leur contenu. Récemment (et tardivement), les maisons d’édition s’intéressent à eux comme sources d'opportunités intéressantes. 

Dans un entretien récent, Christine Riccio a dit que « au cours de l'année dernière, les éditeurs ont enfin ouvert leurs esprits aux booktubers. En 2014 j’ai travaillé avec Hyperion Books, interviewant leur auteur Alexandra Bracken avant le lancement de son titre le plus récent. J’ai fait une vidéo pour Penguin Young Readers Group, avec leur auteur Gayle Forman. J’ai travaillé aussi avec Disney, Entangled Publishing et Simon & Schuster ».

En plus de stimuler l’intérêt autour d’un auteur ou d’un titre (le concept de la «discoverability »), les booktubers comme Christine Riccio génèrent des ventes à travers des liens vers les librairies en ligne. Ces chaines représentent donc pour les éditeurs des connexions lucratives avec un groupe démographique important, mais autrement difficile à atteindre.

Pendant que YouTube se développe, le pouvoir et l'influence des booktubers sur le monde de l’édition grandissent, eux aussi. Pour les éditeurs désireux de se familiariser avec YouTube (espérons que cela signifie tout le monde), des collaborations avec les booktubers représentent un moyen facile de se mettre dans le bain. 

1 commentaire déjà posté

Juignet Alain - il y a 1 an à 16 h 21

Un développement à l’échelle planétaire pour les comptes d’auteur. Quel avancement dans le monde de l’édition… !) Auteur d’un livre : boulanger de l’extrême

close

S’abonner à #La Lettre