13 adaptations au théâtre dont on parlera cet automne | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, le 14.08.2017 à 14h00 (mis à jour le 16.08.2017 à 14h36) Rentrée culturelle

13 adaptations au théâtre dont on parlera cet automne

Laurent Binet. - O. DION

À l’automne, la rentrée accompagne une nouvelle saison théâtrale. Livres Hebdo présente sa sélection de treize adaptations de romans en pièces de théâtre.

Pour la saison 2017-2018, de nombreux théâtres misent sur l’adaptation de romans contemporains.
 
12 septembre – 1er octobre. Le Théâtre de l’Odéon (Paris 6e) accueille l’adaptation des Particules élémentaires de Michel Houellebecq, roman paru pour la première fois chez Flammarion en 1998. Adapté et mis en scène par Julien Gosselin, l’œuvre retrace les vies du biologiste Michel Djerzinski et de son demi-frère Bruno qui annoncent à leur manière la troisième mutation métaphysique de l'histoire de l'humanité. La pièce sera en tournée sur la scène du Volcan au Havre, les 12 et 13 décembre, et sur celle du Phénix de Valencienne les 20 et 21 décembre.
 


28 septembre. Le premier volume de l’Histoire de la littérature récente d’Olivier Cadiot (POL, 2016), qui sera réédité en poche chez Folio/Gallimard le 5 octobre, est mis en voix par Ludovic Lagarde sur la scène de la Comédie de l’Est de Colmar. Le deuxième volume de l’Histoire de la littérature récente sera publié par POL le 5 octobre.
 
6-19 octobre. Antigone 82 est adapté du roman de Sorj Chalandon, Le quatrième mur, édité pour la première fois chez Grasset en 2013 et lauréat de trois prix dont le Goncourt des lycéens l’année de sa sortie. En 1976, Sam rêve de monter Antigone d'Anouilh sur un champ de bataille au Liban. Les personnages représenteraient les peuples et croyances de la région. Il espère une heure de répit que tous acceptent. Mais Sam est à l'agonie et fait alors jurer à son ami Georges de prendre sa suite. La pièce sera présentée sur la scène du MC2 de Grenoble.
 
10-14 octobre. Sur la scène du Théâtre Croix-Rousse de Lyon, Emmanuel Meirieu adapte les nouvelles de Bruce Machart, réunies dans Des hommes en devenir (Gallmeister, 2014). Ce recueil met en scène, au cœur des Etats-Unis, des hommes hantés par l’absence et le souvenir d’un être cher. La pièce sera ensuite présentée à La Criée de Marseille (8-10 novembre), à l’Agora d’Evry (21-22 novembre) et sur la scène de l’Arc du Creusot (1er décembre).
 
17 octobre. Dans L’amour et les forêts d’Eric Reinhardt (Gallimard, 2014, et réédité en format audio et en Folio/Gallimard en 2016), le narrateur, écrivain, décide, contre ses habitudes, de rencontrer une de ses lectrices. Bénédicte Ombredanne lui raconte les tourments de sa vie conjugale et le harcèlement que lui fait subir son mari, qui l'a amenée à développer un cancer. Lauréat des prix Renaudot des lycéens et Roman France Télévisions en 2014 ainsi que du prix des étudiants France Culture-Télérama en 2015, le roman est adapté sur la scène du Parvis, à Tarbes. Du 28 novembre au 1er décembre, L’amour et les forêts sera présenté au théâtre des Célestins à Lyon, puis à la Filature de Mulhouse (6-8 décembre) et enfin, sur la scène nationale de Mâcon le 24 avril.
 
6-12 novembre. Le premier roman de Steve Tesich, Price (Monsieur Toussaint Louverture, 2014, et réédité en poche chez Points en 2016) est adapté par Rodolphe Dana. L’œuvre raconte l’histoire de Daniel Price, un jeune homme de 17 ans, au sortir de l'adolescence. Une étape majeure chargée d'émotions contradictoires, de moments étranges et de rêves à concrétiser. L’adaptation sera également présentée sur la scène du T2G de Gennevilliers (16 novembre-2 décembre), au Théâtre du Nord (Lille) du 5 au 9 décembre et à Bordeaux (Théâtre national de Bordeaux-Aquitaine) du 27 février au 2 mars.
 
7-10 novembre. Le Quai d’Angers accueillera l’adaptation des Maîtres anciens de Thomas Bernhard (Gallimard, 1988, et réédité en Folio/Gallimard en 1991), un monologue dans lequel trois artistes parlent de la comédie. Cet ouvrage, lauréat du prix Médicis étranger en 1988 est adapté par Nicolas Bouchaud.
 
8-11 novembre. Le témoignage du journaliste Antoine Leiris au lendemain des attentats du Bataclan en novembre 2015, Vous n’aurez pas ma haine (Fayard, 2016, et réédité en gros caractères chez Feryane, en version audio chez Audiolib en 2016, et au Livre de poche en janvier 2017), est mis en scène par Benjamin Guillard pour Le Liberté de Toulon.
 
8-25 novembre. La 7e fonction du langage, roman de Laurent Binet (Grasset, 2015, et réédité au Livre de poche en 2016, et en gros caractères chez Gabelire en janvier 2017) lauréat des prix Roman Fnac et Interallié 2015, est adapté par Sylvain Maurice. Il conte l’assassinat de Roland Barthes, le 25 février 1980, alors qu'il transportait un document sur la septième fonction du langage, qui permet de convaincre n'importe qui de n'importe quoi. Le commissaire Jacques Bayard et le sémiologue Simon Herzog enquêtent dans le milieu intellectuel français et découvrent l'existence d'une société secrète, le Logos Club. La pièce sera présentée sur les planches du Théâtre de Sartrouville du 8 au 25 novembre, puis à la Comédie de Béthune (12-15 décembre) et à l’Espace des arts de Chalon-sur-Saône (27-28 mars).
 


21-22 novembre. Le premier roman d’Edouard Louis, En finir avec Eddy Bellegueule (Seuil, 2014, et réédité en version audio chez Audiolib en 2014 et en format poche chez Points en 2015) est mis en scène par Leyle-Claire Rabih dans un spectacle en allemand, surtitré en français, pour La Manufacture de Nancy. En finir avec Eddy Bellegueule conte l’histoire d’Eddy, élevé dans une famille ouvrière pauvre de Picardie, qui subit les quolibets et la violence de ses camarades, de son père alcoolique et de sa mère revêche qui le trouvent trop efféminé. Lui-même finit par se poser la question de son homosexualité.
 
23 novembre. L’essai de Jonathan Littell, Le sec et l’humide (Gallimard, 2008), est mis en scène par Guy Cassiers pour Le Parvis de Tarbes. L’ouvrage présente une étude linguistique, critique et psychanalytique de La campagne de Russie : 1941-1945 du leader de l'extrême droite belge Léon Degrelle (1906-1994). La pièce sera en tournée aux Salins de Marseille (1er décembre) et au Liberté de Toulon (1-3 février).
 


29 novembre. Dans Les mots qu’on ne me dit pas (Stock, 2014, et réédité en gros caractères  chez Feryane et au Livre de poche en 2015), Véronique Poulain dresse un récit caustique sur sa famille. Ses deux parents sont sourds et muets. Petite, elle est fière de ses parents. Adolescente, elle en a honte et rêve d'une famille dite normale. Adapté et mis en scène par Eric Massé, la pièce est présentée sur la scène de l’Arc au Creusot.
 


14-16 décembre. La pièce de Pauline Bureau, Dormir cent ans (Actes Sud, 2016), a remporté le Molière 2017 du jeune public. Présentée au Théâtre de la Renaissance à Oullins, la pièce explore le moment de l’entrée dans l’adolescence avec Théo, 13 ans, qui a encore besoin d'un ami imaginaire et Aurore, 12 ans, qui s'étonne des transformations qui de son corps. Une seconde représentation est prévue au Théâtre national de Bordeaux-Aquitaine du 15 au 18 mai.

close

S’abonner à #La Lettre