Par Marine Durand, le 16.12.2015 à 08h43 (mis à jour le 16.12.2015 à 09h00) - 1 commentaire lauréat

Le Prix des Prix 2015 revient à Christophe Boltanski

Christophe Boltanski, La cache, Stock. - JULIEN FALSIMAGNE

La cache, de Christophe Boltanski, paru chez Stock au mois d'août et couronné par le Prix Femina, a été choisi parmi les lauréats des huit grands prix d'automne.

Le jury du Prix des Prix, qui sacre le meilleur livre parmi les lauréats des huit grands prix littéraires d'automne (Prix Goncourt, Prix Renaudot, Prix Médicis, Prix Fémina, Grand Prix du roman de l'Académie française, Prix Décembre, Prix Interallié, Prix de Flore), a choisi de couronner, mardi 15 décembre dans la soirée, Christophe Boltanksi pour La cache (Stock), Prix Femina 2015, par dix voix contre une à Christine Angot (Un amour impossible, Flammarion), Prix Décembre 2015.

Avec son premier roman, Christophe Boltanski succède donc à Elisabeth Roudinesco, Prix des Prix 2014 pour Sigmund Freud en son temps et dans le nôtre (Seuil), lauréate du Prix Décembre l'an passé. La cache raconte l'histoire de la famille de Boltanski, des intellectuels et artistes venus d'Odessa. Le livre se présente comme une balade dans les pièces d'un logement qui dévoile plusieurs personnages, à commencer par le grand-père. Pendant la Seconde guerre mondiale, celui-ci a vécu deux ans dans une minuscule cachette le contraignant à adopter une position qui n'était ni debout ni couchée.

Dans l'avant-critique parue dans Livres Hebdo le 29 mai, Alexandre Fillon explique que "Rien n’est simple chez les Boltanski dont le mode de fonctionnement saisit le lecteur. Christophe Boltanski ne juge pas, il préfère montrer."

Le Prix des Prix a été créé en 2011 par Pierre Leroy, bibliophile, vice-président et directeur général délégué du groupe Lagardère. Son jury 2015 se compose de Pierre Leroy, président, Christine Albanel, Alexandre Bompard, Guillaume Cerutti, Marie-Laure Delorme, Nicolas Demorand, Marie Drucker, Pierre Lescure, Rémy Pflimlin, Olivier Poivre d'Arvor, Bruno Racine, Alain Seban et Alain Terzian.

1 commentaire déjà posté

Gérard Desprez - il y a 1 an à 16 h 01

Bonjour, Décidément je ne comprends ni le sens ni l 'intérêt . Sauf à être juge des juges !!!!

close

S’abonner à #La Lettre