OLIVIER DION

Jugés indispensables par les libraires, notamment dans la perspective de la rentrée littéraire, les services de presse se révèlent très coûteux pour les éditeurs. Ceux-ci préfèrent les envoyer en version numérique, mais cette solution peine à s’imposer.

Avril marque le début de la haute saison pour les services de presse (SP) permettant aux libraires de préparer la rentrée littéraire. Une partie d’entre eux sera distribuée à l’issue des présentations des programmes de rentrée organisées à Paris et en province, d’où les libraires repartent généralement avec un sac bien garni. Mais les éditeurs en enverront beaucoup par la poste ou par des prestata

Lire la suite (6 540 caractères)

S’abonner à livres Hebdo

Débloquez l’accès illimité aux articles et aux archives.

  • Classements et tableaux de bord
  • Meilleures ventes
  • Agenda événements
  • L’annuaire éditeurs & diffuseurs
  • Et plus encore...
je m’abonne

Acheter l’article [1,50€]

Il sera archivé et listé avec vos précédents achats depuis votre compte Livres Hebdo.

  • La version pdf et imprimable
  • L’accès aux documents annexes
  • L’archive disponible à vie
j’achète l’article

Sur les mêmes thèmes (2 articles)

close

S’abonner à #La Lettre