Internet

Le groupe Amazon a décidé de poursuivre en justice plus de 1 000 personnes fournissant de faux commentaires sur la version américaine de son portail, selon une information parue dans The Guardian vendredi 16 octobre.

Au total, ce sont 1114 internautes qui sont accusées par le géant du commerce en ligne pour avoir posté des commentaires "faux, trompeurs ou mensongers" en échange d'une rémunération du site Fiverr, une place de marché qui les payait 5 dollars le texte.

Amazon aurait découvert le subterfuge en achetant des faux commentaires par ses propres moyens. Son outil de modération et d'alerte a détecté les faux avis en croisant ces profils "virtuels" établis à partir d'une même adresse de connexion internet.

La plainte a été déposée au Tribunal de Seattle, où le groupe a son siège social. "Une très petite minorité de vendeurs et fabricants tentent de gagner des avantages compétitifs qui ne sont pas équitables en créant des commentaires de consommateurs faux, trompeurs et mensongers pour leurs produits sur Amazon.com" justifie le groupe dans sa plainte.

Amazon attaque chaque individu concerné et non Fiverr. Le groupe de Seattle avait pourtant déjà attaqué en avril trois sites spécialisés, dont "BuyAmazonReviews.com" dans la publication de faux commentaires. Aux Etats-Unis comme en France, cette pratique est considérée comme illégale.

Une pratique commerciale déloyale

Selon la DGCCRF (Direction générale de la répression des fraudes), une pratique commerciale déloyale consiste en la publication par un blogueur d’un billet pour présenter un produit ou un service, sur demande d’un professionnel commercialisant ledit produit ou service, et en échange d’une contrepartie sans que l’auteur du blog mentionne qu’il a été rémunéré à cet effet. Le taux d'anomalies, selon l'organisme, s'est élevé à 44,4% en 2013.

Récemment, une polémique autour des faux commentaires a vu le jour en France, avec le livre Faire de François Fillon. L'équipe de l'ancien Premier ministre aurait demandé par SMS de laisser des commentaires, mais sans aucune rétribution financière, sur les sites d'Amazon et de la Fnac afin de manipuler les algorithmes de ces portails commerciaux. Alors que les commentaires sont de plus en plus prescripteurs auprès du public, cette tentative jette le doute sur la fiabilité des avis sur les sites marchands.

Le projet de Loi numérique qui sera bientôt discuté au parlement français souhaite que les sites publiant des avis de consommateurs affichent plus de transparence sur leur système de modération et de vérification afin que le consommateur puisse évaluer le degré de crédibilité des commentaires et avis en ligne.

Commentaires (4)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
l

le libraire Masqué

il y a 6 ans à 10 h 11

A contrario, voilà une chose impossible chez votre libraire ou sur son site. Chez lui vous bénéficiez des conseils et avis en direct, et sur son site de ceux de ses libraires ou de ses clients, sans possibilité de "faux commentaires" de même sur les sites participatifs de libraires indépendants comme leslibraires.fr ou lalibrairie.com. Ne pas commander ou suivre les sites de vente GAFA et autres! Voilà la solution.


L

Lector in Fabula

il y a 6 ans à 10 h 57

Cher Libraire masqué, je partage votre avis à la nuance près qu'il n'est pas si évident que les avis, même gracieux, de certains libraires et clients soient forcément plus objectifs ou désintéressés que ceux des volontaires rémunérés ; ou même que les commentateurs que vous évoquez aient toujours lu les livres commentés.


r

robert

il y a 6 ans à 11 h 18

L'article ne concerne probablement pas les livres (ou tres peu) et encore moins les ebooks d'auro-edites. Ce serait en effet stupide de payer quelqu'un 5 euros pour donner un avis sur un livre qui coute 2.99 euros et qu'il suffit d'offrir en cadeau. Non seulement on recupere 2 euros, mais son classement fait un bond et on a un "achat verifie". Or avec un peu d'hbitude les cleints Amazon repere cette mention "achat verifie".


D

Dennis

il y a 6 ans à 13 h 42

Au contraire ce service sert justement les autoédités. Si tu n'es pas connu et que tu as des dizaines de commentaires 5 étoiles, ton classement en popularité va augmenter. Quand tu vois 20 commentaires positifs sur un ebook après seulement 1 semaine de ventes c'est sûr qu'il y a arnaque.


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités