Angoulême

Appel au boycott du FIBD : les organisateurs répondent

Photo BENJAMIN ROURE

Appel au boycott du FIBD : les organisateurs répondent

Le Festival international de bande dessinée a répondu à l'appel au boycott de la manifestation lancé par le collectif "Autrices Auteurs en Action".  Les organisateurs font part de leur sentiment "d'injustice" et ont "plutôt le sentiment d'être exemplaire" que "dans le double langage" qui leur est reproché.

J’achète l’article 1.50 €

Par Alexiane Guchereau,
Créé le 26.01.2021 à 17h08,
Mis à jour le 26.01.2021 à 18h00

"Pour tout vous dire, en agissant comme nous l’avons fait, nous avons plutôt le sentiment d’être exemplaire que celui d’être dans un double langage" ont répondu les organisateurs du Festival international de bande dessinée d'Angoulême dans une lettre aux "Autrices Auteurs en Action" (AAA). Le collectif avait appelé sur son site au boycott de l'édition 2021 du FIBD soutenu par plus de 650 auteurs qui reprochent aux organisateurs de la manifestation leur "double langage".

Les signataires dénoncent "le déni récurrent qui est opposé sans cesse à leur travail et à leur  fonction". Selon eux, le problème est visible "quand le Festival d’Angoulême, dont la stature internationale appelle l’exemplarité, et la SNCF, son partenaire, se refusent encore cette année même à rémunérer les auteurs dont elles exposent le travail dans les gares de toute la France".  "Depuis le rapport Racine, rien n’a changé pour nous et notre statut" déplore le texte.

Pour justifier de leur exemplarité, le FIBD explique dans son courrier avoir investi des budgets "qu'il n'a pas" pour mettre en avant des autrices et auteurs via leurs œuvres. Il explique n'en tirer aucune recette, n'espère aucune reconnaissance ni véritable rationalité. Le festival souligne aussi que SNCF Gares & Connexions a fait preuve d’un engagement exceptionnel alors que l'entreprise "est en grande difficulté" aussi. "Alors qu’il aurait été facile de mettre en avant uniquement des best-sellers, le choix a été fait de jouer la carte de la diversité et près de 200 cheminots se sont mobilisés sur ce projet à nos côtés" rappelle le festival.

Le festival s'étonne également que les signataires "ne se soient pas directement adressés à eux" et les invitent à réfléchir à leurs revendications, en particulier en ce qui concerne le boycott. "Faut-il pour autant tourner le dos à cet espace de débat et d’interpellation qu’est le Festival d’Angoulême? Cette manifestation n’est-elle pas, objectivement, un lieu d’expression démocratique ? Le fermer est-il la solution ? Le boycotter est-il vraiment la meilleure solution pour faire aboutir des revendications ?" se demande t-il.

Enfin, les organisateurs prévoient, dans les jours qui viennent, "d’autres actions fortes qui mettront encore en avant des auteur.rice.s et leur donneront la parole" pour tenter d'apaiser les tensions.

 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités