Québec

Après des mois de conflits sociaux, la librairie Martin ferme ses portes

La Librairie Martin à Joliette

Après des mois de conflits sociaux, la librairie Martin ferme ses portes

Après de longs mois de conflits avec sa quinzaine d'employés, la librairie Martin de Joliette, l'une des plus anciennes librairies indépendantes du Québec, ferme l'une de ses deux succursales.

J’achète l’article 1.50 €

Par Pierre Georges,
Créé le 05.04.2016 à 19h16,
Mis à jour le 06.04.2016 à 12h39

La librairie Martin à Joliette, au Québec, annonce mettre fin immédiatement aux activités de sa succursale historique située en centre-ville. La librairie Martin Express, située dans un centre commercial de cette ville située entre Montréal et Québec, "n'est pas affectée par la fermeture", précise-t-elle toutefois dans un communiqué rendu public le 1er avril sous le titre "Le marché des librairies en crise".

Depuis le 24 décembre, cette librairie indépendante fondée en 1925 et comptant parmi les plus anciennes de la Belle-province, était en lock-out (grève patronale) à la suite d'un conflit social opposant la direction avec la quinzaine d'employés, tous licenciés aujourd'hui. S'exprimant dans le journal local L'Action, René Martin, coactionnaire et petit-fils de René Martin, fondateur de l'entreprise familiale, consent que ce conflit avec ses employés qui durait depuis trois mois a poussé la direction à fermer cette librairie. "On ne peut pas nier que ça fait partie des facteurs", indique-t-il. 

Depuis trois mois, la librairie Martin avait mis ses 14 employés en lock-out, à la suite de neuf mois de négociations difficiles concernant le renouvellement de la convention collective et la fin de certains avantages sociaux dont les salariés bénéficiaient. 

Selon les propos rapportés par un autre journal local, Le Journal de Joliette, le conseiller syndical à la Confédération des syndicats nationaux (CSN) Benoît Boucher pense que la librairie ferme sa succursale pour se débarrasser de certains employés syndiqués et de la convention collective. "Je ne serais pas surpris qu'une annonce soit faite concernant un possible agrandissement de l'autre succursale", ajoute-t-il. 

Industrie de la culture en crise

"C'est un choix difficile, mais réfléchi pour garder cette institution presque centenaire en vie dans la région, précise le communiqué de la direction partagé sur sa page Facebook. Cette décision fut prise de façon rationnelle afin de permettre à l’entreprise de surmonter la crise des librairies, et de continuer à offrir des produits culturels, de loisir, papeterie et objets de passe-temps et cadeaux aux consommateurs, ainsi que fournitures aux institutions de la région".

"L'industrie des biens culturels est en crise depuis plus d'une dizaine d'années, minée par le contexte économique et la croissance des contenus gratuits sur le Web. L'activité des librairies décline d'année en année et est l'un des secteurs les moins rentables du commerce de détail", avance également l'entreprise.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités