Arles/Du 9 au 11 novembre

La 35e édition des Assises de la traduction littéraire investit un nouveau lieu, le théâtre d'Arles. Elle proposera également de nouveaux formats « ludiques et créatifs », comme la « chronotraduction » proposée par Julia Azaretto ou l'« UJSRA », un jeu de société présenté par Clara Le Picard qui met à l'épreuve la mémoire des grands lecteurs. Mais on ne vient pas à Arles seulement pour s'amuser. Le thème choisi cette année, « Traduire le temps », suscitera sans doute de doctes débats. Proust sera convoqué par trois traducteurs d'A la recherche du temps perdu : Lydia Davis (Etats-Unis), Karin Gundersen (Norvège) et Luzius Keller (Suisse). Josée Kamoun évoquera sa nouvelle traduction de 1984 de George Orwell. Jean-Pierre Minaudier - traducteur de l'estonien - explorera les temps des langues du monde. Julio Premat, spécialiste de littérature hispano-américaine, entrera dans la temporalité de l'écrivain Juan José Saer. Egalement au programme : les traditionnels ateliers de traduction, au nombre de treize, une lecture bilingue du Chronométreur du performeur Pär Thörn. Sans oublier un focus professionnel destiné aux préparateurs de copie et aux correcteurs, et la table ronde de l'ATLF, dimanche, sur le thème : « Toujours plus vite : traduction et logiques du succès ».

Michel Puche

www.atlas-citl.org


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités