Distribution

Christian Gallimard poursuit la réorganisation de la diffusion de sa maison Calligram (1). Après avoir créé sa propre équipe, il a mis fin en décembre au contrat qui le liait à Interforum pour les hypermarchés et installé un nouveau système en février.

« Tous les diffuseurs ont la même politique : livrer des palettes de best-sellers. Or les retours sont passés de 15 % à 40 %, ce qui coûte cher. Sans compter que le rayon ne vit pas et que les PLV permanentes ne sont pas remplies », explique Christian Gallimard. Partant de ce constat, il adopte le système utilisé pour l'alimentaire et le bricolage dans la grande distribution : la force de vente supplétive. « Les merchandisers apportent la PLV, la remplissent, font le réassort avec l'accord des centrales. Ils gèrent 800 hypers en direct et sont payés à l'acte », dévoile-t-il. La maison a dû investir dans l'informatique afin de gérer factures, commandes et bons de livraison.

Agacé « par les logistiques traditionnelles », Christian Gallimard a aussi revu le transport. « En France, il faut une semaine pour avoir un livre dans un point de vente alors qu'en Italie, en Allemagne, en Grande-Bretagne, il arrive en 24 heures. La diffusion classique n'a pas les outils pour ça », déplore-t-il. Il a donc passé un accord avec MLP (Messageries lyonnaises de presse), qui livre déjà la presse aux hypermarchés.

Poursuivant la réorganisation de sa maison, Christian Gallimard vient de nommer son fils Adrien directeur général adjoint de Calligram (voir p. 34), afin de se consacrer aux négociations et à l'international. La diffusion en direct a aussi nécessité d'étoffer l'équipe : Caroline Tran s'occupe du développement et du suivi de projets, Steve Rakotobe de la logistique, Michael Pagès de la gestion de données, Richard Wegmüller de la comptabilité, tandis qu'Anna Aiello remplace Dorothée Quenardel au commercial. 

Christian Gallimard ne manque pas de projets. Après six Cahiers de vacances Max et Lili, la maison publiera en octobre des cahiers de soutien. Le lancement d'une filiale en Chine était aussi prévu, mais le coronavirus a contrarié les plans. Le prochain chantier ? « La vente en ligne quand celle en grande surface sera fluide. » Claude Combet

(1) Calligram : une diffusion sur mesure, LH 1221, du 7.6.2019, p. 30.


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités