Carnet : André Schwarz-Bart, Goncourt 1959, s’éteint

Carnet : André Schwarz-Bart, Goncourt 1959, s’éteint

Cet ancien Résistant, auteur du Dernier des Justes, est mort à 78 ans.

Par Vincy Thomas ,
avec vt Créé le 15.04.2015 à 19h12

Né le 23 mai 1928, André Schwarz-Bart était devenu Résistant lors de son adolescence, en Charente. Issu d’une famille juive polonaise, membre des Jeunesses communistes (jusqu’en 1951), c’est en écoutant les récits des rescapés de la Shoah qu’il trouve sa vocation : raconter, sous forme de roman, le destin de sa communauté. En 1959, il publie Le dernier des Justes (au Seuil). Soucieux de promouvoir le roman, malgré la rivalité de Blondin (Un singe en hiver), le jury du Goncourt le prime. Le livre se vendra à 450 000 exemplaires. Le deuxième roman sera long à venir. Œuvres sur la diaspora noire, Un plat de porc aux bananes (toujours au Seuil), qui paraîtra en 1967, sera suivi de La mulâtresse solitude (Seuil), en 1972. Marié à Simone Schwarz-Bart, antillaise, écrivaine (Ti-Jean l’horizon, Seuil), il est décédé samedi 30 septembre, en Guadeloupe, des suites d’une intervention chirurgicale.

Le ministre de la culture a rappelé, en hommage, que Schwarz-Bart « nous laisse la force de sa poésie lumineuse et de son message humaniste, qui expriment avec beaucoup de cœur la vitalité et la diversité culturelle de l'outre-mer. »

15.04 2015

Les dernières
actualités