Disparition

Décès d’Alex Barbier, maître sulfureux de la bande dessinée

Alex Barbier au FIBD 2015 - Photo CAPTURE FIBD/YOUTUBE

Décès d’Alex Barbier, maître sulfureux de la bande dessinée

Le dessinateur transgressif de la maison Frémok est mort mardi 29 janvier, asphyxié dans son appartement situé à Saint-Claude, dans le Jura. Il avait 68 ans.

J’achète l’article 1.50 €

Par Léopoldine Leblanc,
Créé le 31.01.2019 à 15h27,
Mis à jour le 31.01.2019 à 16h00

"Maître sulfureux d’une avant-garde qui, depuis, n’a cessé de grandir", le dessinateur et peintre Alex Barbier est décédé mardi 29 janvier à 68 ans, a-t-on appris par un communiqué des éditions FRMK (Frémok). Il est mort asphyxié dans son appartement, dans sa ville natale de Saint-Claude, dans le Jura, a rapporté dès le lendemain Le Progrès.
 
"Figure tutélaire, il était et restera notre Pape pour toujours", écrit la maison de bande dessinée à propos de l’auteur qui l’avait rejointe dans les années 1990. Né le 15 mars 1950, Alex Barbier a été un temps professeur de dessin après l’obtention de son diplôme aux Beaux-Arts de Nantes ("pour faire plaisir à ma mère et bien entendu ça n’a pas duré…", s’amuse-t-il à raconter dans une interview pour le webzine spécialisée du9). Fasciné par la bande dessinée d'Hergé, il crée ses premières histoires qui seront publiées dans le journal Charlie mensuel en 1975, puis dans Hara-Kiri au début des années 1980.

Peintre
 
Ses premiers ouvrages, Lycaons (éditions du Square, 1979 ; réédition Frémok, 2003) et Le Dieu du 12 (Albin Michel, 1982 ; réédition Frémok, 2011) l’ont imposé comme un auteur qui transgresse les codes narratifs et picturaux de la bande dessinée. Egalement peintre, il fut l’un des initiateurs de la couleur directe en bande dessinée, technique qui consiste à appliquer la couleur directement sur la planche.
 
Frémok a publié ses peintures érotiques dans un recueil intitulé De la chose (1997), puis édité, de 1998 à 2006, la trilogie Lettres au maire de V. ("le récit des grosses perversions, une sorte d’autoportrait", explique le dessinateur dans son interview), ainsi que Lettres au pair de F. (2006), série d’entretiens réalisés par Vincent Bernière. En 2014, Alex Barbier signait son ultime bande dessinée avec Dernière bande (Frémok), suivie en janvier 2015 par une grande rétrospective que lui consacrait le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême.

 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités