Disparition

L'écrivain Jean Ricardou, l'un des théoriciens du mouvement du Nouveau Roman, est mort samedi 23 juillet à Cannes, selon l'AFP, qui cite Marc Avelot, co-fondateur de la maison d'édition Les impressions nouvelles, l'un de ses éditeurs. Jean Ricardou était âgé de 84 ans.

Né à Cannes en 1932, normalien, instituteur puis professeur en collège, il a été marqué par sa rencontre avec Alain Robbe-Grillet, le chef de file du Nouveau Roman, et a intégré la revue de littérature Tel Quel en 1962. Auteur de quelques recueils de nouvelles et romans, dont La prise de Constantinople (Minuit), récompensé par le Prix Fénéon en 1966, il est devenu spécialiste de l'œuvre de Claude Simon et a écrit plusieurs ouvrages théoriques sur le Nouveau Roman, au Seuil dans les collections "Tel quel" (Problèmes du nouveau roman, essais, 1967, Pour une théorie du nouveau roman, essais, 1971), "Ecrivains de toujours" (Le Nouveau Roman, 1973) et "Poétique" (Nouveaux problèmes du roman, 1978).

Jean Ricardou était également le fondateur de la "textique", une discipline inaugurée au Collège international de philosophie et "visant à établir une théorie unifiante de l'écrit accompagnée d'une théorie unifiante de l'écriture", selon la définition donnée par le Centre culturel international de Cerisy.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités