Dossier

Dossier parascolaire : objectif lycée

Carte postale, cahier, stylo, agenda - Carterie - Carterie - Photo OLIVIER DION

Dossier parascolaire : objectif lycée

Applicable à la rentrée de septembre, la réforme du lycée mobilise les éditeurs de parascolaire, qui ont engagé la mise à jour de l'ensemble de leurs collections. Mais l'ampleur des bouleversements, conjuguée à l'arrivée tardive des programmes, les incite à une certaine retenue. _ par

J’achète l’article 1.50 €

Créé le 03.05.2019 à 00h00,
Mis à jour le 28.11.2019 à 22h10

Après une année de relative tranquillité, marquée par une évolution des ventes au détail proche de celle de la moyenne du marché du livre d'après nos données Livres Hebdo/I+C, et même par le retour de la croissance des ventes selon GFK à 1,7 % en valeur et à 3,8 % en volume, les éditeurs de parascolaire sont repartis sur les chapeaux de roues. Dès la parution des nouveaux programmes engendrés par la réforme du bac, ils se sont attelés à ce qui constitue l'enjeu de l'année : la mise aux normes de l'ensemble de leurs collections consacrées au lycée. Mécanique, la tâche n'en demeure pas moins, de l'avis de tous, immense. « Nous sommes en train d'apprendre l'agilité, ironise Rachel Duc, directrice du parascolaire chez Hatier. Comme pour le collège et le primaire en 2016, les programmes sont arrivés assez tard, ce qui nous oblige à prioriser et à privilégier les fondamentaux. »

Cécile Labro - Photo OLIVIER DION

Révolution

L'arrivée tardive des programmes n'explique pas, à elle seule, la lourdeur du travail des éditeurs. Mise en application dès la rentrée de septembre pour les classes de seconde et de première, la réforme du bac constitue quasiment une révolution. En premier lieu par son amplitude inédite. « C'est la première fois que deux niveaux changent en même temps au lycée », observe Cécile Labro, directrice parascolaire et pédagogie chez Hachette Education. En revanche, seule la classe de terminale évoluera sur l'année 2020-2021.

Rachel Duc, Hatier - Photo OLIVIER DION

Cette réforme apporte de profonds bouleversements dans les enseignements et les épreuves du bac. Les filières L, S et ES disparaissent pour laisser la place à un système de spécialités. A côté d'un socle commun de connaissances, composé de français, d'histoire-géographie, d'un enseignement moral et civique, de deux langues, de sport, d'humanités scientifiques et numériques ainsi que de philosophie en terminale, les élèves vont devoir choisir, à la fin de la seconde, trois spécialités parmi douze matières proposées. En outre, les épreuves du bac, désormais au nombre de cinq, ne comptent plus que pour 60 % de la note finale. Les 40 % restants proviennent du contrôle continu.

Laurent Breton, Magnard - Photo OLIVIER DION

Selon les éditeurs, tant de transformations devraient ouvrir le marché et permettre au segment du lycée, en constante érosion depuis plusieurs années, de retrouver des couleurs. « Par rapport à la réforme du collège, nous sommes face à des enjeux différents, analyse Rachel Duc. Il s'agit du bac, et d'une révolution de structure, qui devrait générer pas mal de stress chez les élèves et les parents. Et qui dit stress dit refuge vers des valeurs sûres. » La directrice du parascolaire chez Hatier a donc concentré ses forces sur ses marques historiques, Annabac, Prépabac et Fiches bac, entièrement refondues pour être conformes aux programmes. Pas moins de 80 titres sont prévus entre juin et juillet.

Monique Paillat, Nathan - Photo OLIVIER DION

Incertitude

La stratégie a été adoptée par l'ensemble de ses confrères. « C'est le moment de capitaliser sur nos marques existantes », confirme Séverine Merviel, directrice marketing et développement chez Nathan secondaire, où les équipes ont planché en priorité sur les collections « ABC du bac » et « Interros des lycées ». Manon Savoye, chez Ellipses, a aussi entièrement remanié ses quatre collections les plus vendues : « Méthode S » ; « Objectif mention très bien » ; « Que faire » et « Contrôle continu », l'une des premières de la maison en parascolaire. Avec les ouvrages hors collection, la directrice éditoriale d'Ellipses annonce plus d'une centaine de titres adaptés aux nouveaux programmes d'ici à la fin septembre.

Pour autant, l'incertitude est grande dans les maisons. Outre l'apparition de nouvelles disciplines, comme les humanités scientifiques et numériques pour le tronc commun, ou l'écologie, l'agronomie et les territoires pour les spécialités, ils doivent aussi tenter d'anticiper les choix les plus courants des spécialités et les attentes des enseignants et des lycéens. Seule conviction partagée par tous, l'affaiblissement des tout-en-un, remis en cause par la disparition des filières, au profit des monomatières, une formule pourtant moins plébiscitée sur le marché depuis plusieurs années. « On va quand même essayer de proposer une offre tout-en-un sur le socle commun tout en regardant aussi les choix des spécialités, explique Cécile Labro. Il est probable, dans un premier temps du moins, que les élèves tentent de reproduire les anciennes filières, d'autant que l'enseignement supérieur n'a pas changé. »

Prudentes, les maisons sortent donc peu des sentiers battus et attendent, dans leur grande majorité, 2020 pour faire évoluer les formats ou imaginer de nouveaux concepts. Toutefois, chez Hatier, Rachel Duc profite de la réforme pour améliorer l'accessibilité des ouvrages, qui constitue l'une de ses préoccupations permanentes. « Les manières de réviser des lycéens évoluent, ils demandent toujours plus de synthèses et de visuels », assure la directrice éditoriale, qui privilégie ainsi des contenus « granulaires », censés être plus digestes car axés autour d'une notion, d'une compétence ou d'une méthodologie.

Partant du même constat, Belin a choisi de retarder ses publications pour mieux s'adapter au marché, alors que Bordas et Ellipses ont opté pour l'ajout de nouvelles collections. « Mes années bac », conçue par Anne Langlois, directrice du département grand public de la filiale d'Editis, repose sur le postulat que « le besoin des élèves sera variable en fonction des spécialités. Ils attendent donc des réponses différentes et une certaine efficacité. » La série, sorte de marque ombrelle, mélangera ouvrages de cours et fiches, qui feront la part belle aux QCM, aux exercices corrigés et aux rubriques de méthodologie pour « gagner des points ». Les dix premiers titres arriveront sur les tables des libraires en juillet, concentrés sur les matières les plus porteuses. Tout aussi persuadée que c'est la méthodologie qui va permettre aux élèves de réussir, Manon Savoye a imaginé « Parcours et méthodes », une collection « qui épouse vraiment la philosophie du nouveau bac ». Organisée par matières, elle propose des cours complets assortis de zooms spécifiques, d'une batterie d'exercices et de fiches méthodologiques claires. Treize titres sont programmés d'ici à la fin septembre, qui couvrent les classes de seconde et de première.

Orientation

Autre particularité liée à la réforme, l'introduction d'éléments d'orientation dans les ouvrages de parascolaire. En partenariat avec le magazine Phosphore, Bordas propose dans ses « Année de » un dossier destiné à guider les lycéens dans le choix de leurs spécialités en fonction de leurs appétences et des métiers qu'ils visent. Rachel Duc annonce carrément des projets d'ouvrages sur cette thématique. « La spécialisation va se faire encore plus tôt et sera très impactante sur les études supérieures. Ce ne sera pas forcément évident à appréhender », plaide l'éditrice.

Occupés à mettre à jour leurs collections pour le lycée, les éditeurs n'en délaissent pas pour autant les autres domaines du parascolaire. Les ouvrages de référence, en perte de vitesse depuis plusieurs années et dominés par la marque Bescherelle d'Hatier, pourraient ainsi être le théâtre d'une bataille rangée. Arrivé l'année dernière sur ce segment avec le Grévisse du collège, Magnard a frappé fort. La filiale d'Albin Michel annonce en avoir écoulé 42 000 exemplaires. Elle compte récidiver cette année avec le Grévisse de la conjugaison (voir page 70). Sentant le vent venir, Hatier a engagé une refonte globale de sa marque Bescherelle, visible en librairie en juin. Enrichissement du contenu, rajeunissement de la maquette, augmentation des visuels, tout a été fait pour « réaffirmer la modernité de la marque et l'importance de maîtriser la langue française », explique Rachel Duc. Une bataille dans laquelle Larousse compte bien faire aussi entendre sa voix avec la parution, toujours en juin, de L'anti-fautes d'orthographe junior, décliné de la collection pour adultes « Les anti-fautes de Larousse ».

Du côté des cahiers de vacances, l'été sera plus calme. Habituellement très concurrentiel et consommateur de nouveautés, le rayon ne proposera cette année que quelques inédits. Seuls Hachette Education et Bordas inaugurent des collections, respectivement « Mon carnet de vacances », ludo-éducative au format carré, et « Tous en vacances », qui privilégie la révision en famille. Les licences s'enrichissent de quatre nouveaux personnages : « Simon », issu du héros de Stephanie Blake et exploitée par Play Bac, les « Miraculous », un groupe de super-héros commercialisé par Hachette Education, « Léna », qui fait son entrée dans les « Enigmes des vacances » de Nathan et « Max et Lili », les héros de Dominique de Saint Mars qui marquent ainsi l'arrivée de Calligram dans le parascolaire.

Méthodes alternatives

En revanche, pour conserver la dynamique des ventes du soutien, qui a bondi en 2018 de 7,8% (en valeur), les éditeurs creusent le sillon des méthodes alternatives et inclusives d'apprentissages et le segment des premières lectures, dont ils cherchent progressivement à ouvrir le champ vers la maternelle et le cours élémentaire, voire vers l'anglais. En mars, Belin Education a lancé les trois premiers titres de « My english factory », une gamme qui couvre le primaire et favorise, grâce à la fiction, l'apprentissage progressif de l'anglais. La maison a aussi profité de cette année sans réforme pour renouveler, et rajeunir, l'identité graphique de son navire amiral « Boscher », « sans en changer la philosophie mais pour être en phase avec l'air du temps », insiste Fabrice Bertocci, directeur commercial et marketing. L'objectif est le même chez Nathan, qui a totalement refondu sa gamme « Je comprends tout ». «  Réviser régulièrement les collections est indispensable, note Monique Paillat, directrice éditoriale parascolaire. Les couvertures et illustrations vieillissent vite et cela nous permet en outre de réaffirmer notre marque. »

Magnard s'est engagé dans une démarche similaire et a entièrement retravaillé sa collection phare « Cahier du jour, Cahier du soir » pour créer le « Nouveau cahier du jour, cahier du soir ». « Repensé de fond en comble, le concept a été optimisé et favorise la clarté et l'aspect visuel sans sacrifier le contenu, qui reste le plus complet du marché », précise Carole Gavaggio, responsable éditoriale de Magnard. Lancée en janvier avec les monomatières, la refonte se poursuivra en juin avec les tout-en-un, qui peuvent faire office de cahiers de vacances, et en septembre, qui représente le second pic de vente pour ce genre d'ouvrages. W

L'évolution des ventes au détail

Evolution en euros courants à un an d'intervalle

Les ventes par catégories d'ouvrages

En valeur en 2018

Les principaux éditeurs

Ventes en valeur en 2018

Magnard déploie le Grévisse

Après le Grévisse du collège, Magnard se lance cette année dans la conjugaison. Chargé d'amener à la marque un public plus large, « des élèves du primaire jusqu'aux adultes », espère Laurent Breton, directeur du pôle grand public de la maison, le Grévisse de la conjugaison se veut, comme son grand frère, un manuel « innovant, proche des pratiques des gens et qui s'adapte à chaque manière d'apprendre », détaille l'éditeur. Truffé d'astuces, de mémos techniques, de conseils, de schémas et d'un petit dictionnaire des curiosités verbales pour l'aspect ludique, il compte plus de 10 000 verbes et 163 tableaux de modèles. -Surfant sur le -regain -d'intérêt que -suscite la langue française, il se -positionne aussi comme un concurrent -direct de l'éternelle star des meilleures ventes de -parascolaire, La conjugaison pour tous de Bescherelle.

Bac technique et professionnel : le calme avant la tempête ?

Contrairement à celui du bac général, le front des bacs techniques et professionnels devrait être plus calme cette année. La réforme les affecte, mais dans une moindre mesure : les filières sont conservées, seuls les contenus des programmes évoluent. Et, dans ces séries, « assez peu de titres concernent les classes de seconde et de première, observe Pascale Atgé, directrice marketing de Nathan Technique. Le gros enjeu se porte plutôt sur le bac, donc sur l'année 2020-2021. » En attendant, chacun consolide ses positions pour insuffler une dynamique à cette année de préréforme. Hachette Education et Foucher poursuivent leur développement sur le BTS, également en cours de réforme, alors que Nathan profite de ce calme relatif pour fêter les 20 ans de « Réflexe », sa collection phare et leader sur le marché, avec de multiples opérations à destination des libraires comme des clients finaux.

Classiques : le retour de la guerre

La réforme du programme et des épreuves du bac français devrait engendrer une concentration des ventes sur une poignée de titres, sur lesquels les éditeurs dirigent tous leurs efforts.

Pauline Kipfer, Flammarion - Photo OLIVIER DION

Après deux années de morosité et d'interrogations, liées à la réforme du collège, les ventes des classiques pédagogiques étaient parvenues à retrouver une certaine stabilité. Sur la période d'avril 2018 à mars 2019, GFK estime la progression de leur vente à 1 % en valeur et à 1,5 % en volume. Mais la réforme du lycée, et avec notamment les changements apportés aux programmes et aux épreuves du bac français qui entrent en vigueur dès la rentrée de septembre, va à nouveau rebattre sérieusement les cartes d'un marché fortement concurrentiel, ravivant « une bataille féroce entre éditeurs », pronostique Cécile Labro, directrice du parascolaire chez Hachette Education.

Isabelle Dubois, Le livre de poche - Photo OLIVIER DION

Prudence

A partir de septembre, les enseignants des premières généralistes et technologiques, qui étaient auparavant libres dans le choix des textes étudiés en classe, sont en effet de nouveau contraints par l'Education nationale. Les programmes imposent la lecture de quatre textes à choisir dans une sélection de seize œuvres, qui s'inscrivent elles-mêmes dans quatre objets d'études : la poésie ; le roman et le récit ; le théâtre ; la littérature d'idées. Conséquence immédiate d'une telle décision : les ventes vont se concentrer sur ces textes sur lesquels les éditeurs portent fort logiquement toute leur attention en 2019.

Commercialisées pour une petite minorité en mai, les nouvelles éditions pédagogiques des œuvres prescrites, très classiques, vont donc se bousculer fin août sur les tables des librairies. « Vu l'ampleur de la tâche, rendue encore plus compliquée en raison de l'arrivée tardive des programmes, début mars, il aurait été difficile de publier avant », souligne Carine Girac-Marinier, directrice du périscolaire chez Larousse. Encore au travail, comme Séverine Merviel, directrice marketing de Nathan secondaire, qui ne savait pas, à la mi-avril « la tête qu'aura la nouvelle gamme » des « Carrés classiques », les éditeurs restent donc très prudents, et secrets, sur leurs nouvelles moutures. Introduction de questions de grammaire, qui fait son apparition aux épreuves, effort sur le commentaire composé ou sur l'accessibilité et la lisibilité des œuvres et des dossiers, enrichissement des éléments historiques et artistiques pour coller aux parcours culturels qui accompagnent chaque œuvre et la restituent dans son contexte culturel, chacun y va de sa spécialité pour « donner le plus possible d'informations et d'outils aux enseignants et aux élèves », affirme Rachel Duc, directrice du parascolaire chez Hatier. L'objectif reste aussi, évidemment, de trouver la formule idoine pour se démarquer de la concurrence et recueillir les faveurs des enseignants.

Présence

Autre stratégie, être présent sur le plus grand nombre possible d'œuvres prescrites. C'est notamment l'objectif du leader du marché, Flammarion, et de Belin Education, qui proposera treize ouvrages sur les seize indiqués, tout en promettant un « cahier pédagogique entièrement repensé », assure-t-on dans les deux maisons.

Toutefois, la filiale du groupe Humensis compte également sur la mise en place d'une PLV en magasin à la rentrée, une action « inédite pour nous mais nécessaire pour se faire une place dans le flot des publications », indique Fabrice Bertocci, directeur commercial et marketing de Belin Education.

Chez Flammarion, Pauline Kipfer, directrice éditoriale des formats poche de la marque, fait un second pari. S'appuyant sur l'expérience de la maison en BTS, où ce genre d'ouvrage domine, elle proposera à la fin de l'été deux recueils thématiques, Le pouvoir de la parole et Les représentations du monde, destinés aux élèves ayant choisi la spécialité Humanités, littérature et philosophie. L'éditrice se sert aussi de ces livres, réalisés conjointement par des enseignants de français et de philosophie, pour tester l'introduction de cette dernière discipline dans la collection « Etonnants classiques ».

Ouverture

Troisième axe de la stratégie de Flammarion pour conserver le leadership sur le segment, la poursuite de la publication d'auteurs contemporains. Misant sur le « désir des enseignants, libres de leur choix en seconde, d'ouvrir les champs et de sortir des sentiers battus », Pauline Kipfer sort en mai Les champs d'honneur de Jean Rouaud et Des jours et des nuits à Chartres d'Henning Mankell, « deux paris ». Arrivé à la même réflexion, Laurent Breton, directeur du pôle grand public de Magnard, « ne faiblit pas sur ce volet » et annonce l'arrivée d'Alexis Michalik et de Václac Havel dans son catalogue.

Au Livre de poche (LGF), L'herbe rouge de Boris Vian et M. Rose et autres nouvelles d'Irène Némirovsky font leur entrée dans la collection « Les classiques pédago ». Isabelle Dubois, directrice éditoriale du pôle classique de LGF, espère aussi attirer les enseignants avec La parole est un sport de combat de l'avocat Bertrand Périer, « qui constitue un outil précieux pour se préparer à la nouvelle épreuve du grand oral ». W

Les 50 meilleures ventes Parascolaire

Avril 2018-mars 2019. Symbole de l'engouement des parents pour ce type de produit, les premières lectures font une entrée fracassante dans le classement GFK/Livres Hebdo des cinquante meilleures ventes des livres parascolaires sur la période avril 2018-mars 2019. Ce sous-segment du soutien, ouvert par Belin et Hachette Education il y a presque cinq ans, place 10 titres, dont 9 sont issus de la série Sami et Julie éditée par Hachette Education, validant le principe selon lequel la prime va au pionnier.

Les cahiers de vacances perdent 6 références. Si Nathan reste stable, avec 14 titres ventilés entre « Nathan vacances » et T'choupi, Hachette Education subit l'usure des licences et notamment celle de Peppa pig. Absent du classement, le petit cochon anglais était parvenu à introduire six cahiers en 2017. En revanche, le Loup d'Auzou ne faiblit pas. Entré en 2017 à la 48e place du palmarès, Je rentre en CP avec Loup monte au 35e rang, confirmant le succès du personnage auprès des enfants.

Les 50 meilleures ventes de cahiers de vacances
RangTitreAuteurEditeurPrix
1Passeport du CE1 au CE2, 7-8 ans : avec autocollants récompensesCatherine BessièresHachette Education5,40 €
2Passeport du CP au CE1, 6-7 ans : avec autocollants récompensesPhilippe BourgouintHachette Education5,40 €
3Passeport du CE2 au CM1, 8-9 ans : avec autocollants récompensesMichèle BaconHachette Education5,40 €
4Passeport du CM1 au CM2, 9-10 ans : avec autocollants récompensesClaire BarthomeufHachette Education5,40 €
5Passeport du CM2 à la 6e, 10-11 ans : avec autocollants récompensesGuy BlandinoHachette Education5,40 €
6Nathan vacances, CP vers le CE1, 6-7 ans : toutes les matièresCollectifNathan5,50 €
7Passeport de la grande section au CP, 5-6 ansMarie-Christine ExbrayatHachette Education5,40 €
8Nathan vacances, CE1 vers le CE2, 7-8 ansCollectifNathan5,50 €
9Passeport toutes les matières, de la 6e à la 5eIsabelle de LisleHachette Education8,90 €
10Nathan vacances, CE2 vers le CM1, 8-9 ans : toutes les matièresCollectifNathan5,50 €
11Nathan vacances, CM1 vers le CM2, 9-10 ans : toutes les matièresCollectifNathan5,50 €
12Nathan vacances, CM2 vers la 6e, 10-11 ans : toutes les matièresCollectifNathan5,50 €
13Nathan vacances, GS vers le CP, 5-6 ans : toutes les matièresC. Chambon, S. Guilloré-ChotardNathan5,50 €
14Passeport toutes les matières, de la 5e à la 4eIsabelle de LisleHachette Education8,90 €
15Nathan vacances, 6e vers la 5e : toutes les matièresCollectifNathan8,99 €
16Mon T'choupi vacances : de la moyenne à la grande section : 4-5 ansStéphanie GrisonNathan5,95 €
17Cahier de vacances de la GS au CP, 5-6 ans : toutes les matièresMyriam Baya NasrouneMagnard4,30 €
18Mon T'choupi vacances : j'entre en petite section, 2-3 ansCatherine SerresNathan5,95 €
19Mon T'choupi vacances : de la petite à la moyenne section : 3-4 ansStéphanie GrisonNathan5,95 €
20Passeport de la 4e à la 3e : toutes les matièresCollectifHachette Education8,90 €
21Passeport de la moyenne section à la grande section, 4-5 ansM.-C. Exbrayat, N. PoureHachette Education5,40 €
22Nathan vacances, 5e vers la 4e : toutes les matièresCollectifNathan8,99 €
23Nathan vacances, MS vers la GS, 4-5 ans : toutes les matièresS. Grison, S. Guilloré-ChotardNathan5,50 €
24Cahier de vacances du CP au CE1, 6-7 ans : toutes les matièresMichel WormserMagnard4,30 €
25Cahier de vacances du CE1 au CE2, 7-8 ans : toutes les matièresChristian RedoutéMagnard4,30 €
26Je rentre en CP avec Loup : de la GS au CPOrianne Lallemand, Eléonore ThuillierAuzou4,95 €
27Cahier de vacances du CE2 au CM1, 8-9 ans : toutes les matièresMaguy BilheranMagnard4,30 €
28Jouer pour réviser du CP au CE1, 6-7 ansMichèle LecreuxHachette Education6,00 €
29Cahier de vacances de la MS à la GS, 4-5 ans : toutes les matièresCaroline ThierryMagnard4,30 €
30Les énigmes de l'été : spécial adultesMichèle LecreuxHachette Education3,99 €
31Jouer pour réviser du CE1 au CE2, 7-8 ansMichèle LecreuxHachette Education6,00 €
32Cahier de vacances du CM1 au CM2, 9-10 ans : toutes les matièresAlain CharlesMagnard4,30 €
33Nathan vacances, 4e vers la 3e : toutes les matièresCollectifNathan8,99 €
34Mon T'choupi vacances : de la grande section au CP : 5-6 ansStéphanie GrisonNathan5,95 €
35Jouer pour réviser, de la GS au CP, 5-6 ansMichèle LecreuxHachette Education6,00 €
36Je rentre en grande section avec Loup : de la MS à la GSOrianne Lallemand, Eléonore ThuillierAuzou4,95 €
37Cahier de vacances du CM2 à la 6e, 10-11 ans : toutes les matièresBernard SéménadisseMagnard4,30 €
38Jouer pour réviser du CE2 au CM1, 8-9 ansMichèle LecreuxHachette Education6,00 €
39Nathan vacances, PS vers la MS, 3-4 ans : toutes les matièresCatherine SerresNathan5,50 €
40Passeport de la petite section à la moyenne section, 3-4 ansMarie-Christine Exbrayat, Nadia PoureHachette Education5,40 €
41Cahier de vacances de la PS à la MS, 3-4 ansAurélie PerrotMagnard4,30 €
42Mes vacances Hachette du CP au CE1, 6-7 ansCollectifHachette Education4,20 €
43Passeport adultes, spécial énigmesAgnès GabrielliHachette Education6,90 €
44Mes vacances Hachette du CE1 au CE2, 7-8 ansCollectifHachette Education4,20 €
45Petites énigmes trop malignes, du CE2 au CM1, 8-9 ansCollectifHachette Education3,99 €
46Jouer pour réviser du CM1 au CM2, 9-10 ansMichèle LecreuxHachette Education6,00 €
47Petites énigmes trop malignes, du CM2 à la 6e, 10-11 ansCollectifHachette Education3,99 €
48Mes vacances Hachette, de la GS au CP, 5-6 ansCollectifHachette Education4,20 €
49Cahier de vacances de la 6e à la 5e, 11-12 ans : toutes les matièresCollectifMagnard7,90 €
50Mes vacances Hachette du CE2 au CM1, 8-9 ansCollectifHachette Education4,20 €

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités