Elisabeth Lebovici, lauréate du prix Pierre Daix 2017 | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, le 11.12.2017 à 18h30 Récompense

Elisabeth Lebovici, lauréate du prix Pierre Daix 2017

Elisabeth Lebovici - Photo COPIE D'ÉCRAN/TRAVELLING FÉMINISTE

L’historienne a été distinguée pour Ce que le sida m’a fait – Art et activisme à la fin du XXe siècle (JRP-Ringier et La Maison rouge).

Elisabeth Lebovici a reçu, lundi 11 décembre au Musée national Picasso à Paris, le prix Pierre Daix 2017 pour Ce que le sida m’a fait – Art et activisme à la fin du XXe siècle, co-édité par JRP-Ringier et La maison rouge le 17 mai dernier.
 
Dans son ouvrage, l'historienne et critique d'art revisite les liens entre art et activisme entre les années 1980 et 1990, les années sida, en France et aux Etats-Unis. Des textes, des entretiens et des essais témoignent d'une créativité artistique et activiste née de l'urgence de vivre et du combat pour la reconnaissance de chacun.
 
Dans un communiqué, le jury du prix "a tenu à saluer le remarquable travail d’historienne conduit par l’auteure sur un sujet important, aux résonances actuelles très fortes (comme en témoigne le succès de 120 battements par minute de Robin Campillo), dont elle s’attache à aborder figures (Richard Baquié, Philippe Thomas, l’école de Boston…) ou des dimensions (le graphisme, la danse…) majeures et pourtant souvent insuffisamment étudiées".
 
Le jury de l’édition 2017 était composé de Jean-Jacques Aillagon, ancien ministre de la Culture, ancien président du Musée national d’art moderne – Centre Pompidou, Laurence Bertrand Dorleac, historienne d’art, éditrice, universitaire, directrice du Laboratoire Arts et société à Sciences-Po, Jean-Marie Borzeix, ancien directeur de France Culture, Jean de Loisy, président du Palais de Tokyo, Emmanuel Guigon, directeur du Musée Picasso de Barcelone, Brigitte Leal, directrice adjointe du Musée national d’art moderne – Centre Pompidou, Laurent Le Bon, président du Musée national Picasso-Paris, Alain Minc, président de AM Conseil, essayiste, Alfred Pacquement, ancien directeur du Musée national d’art moderne – Centre Pompidou et Marie-Karine Schaub, historienne et universitaire (université Paris-Est Créteil-Val de Marne).
 
Créé en 2015 par François Pinault en hommage à la mémoire de Pierre Daix, journaliste, écrivain, ancien résistant et déporté, disparu en novembre 2014, le prix Pierre Daix récompense, chaque année, un ouvrage d’histoire de l’art moderne et contemporain (XXe et XXIe siècles), français ou étranger, sans exclusion de genre (biographie, monographie, essai ou recueil d’essais ou catalogue), paru durant l’année précédente.
close

S’abonner à #La Lettre