Etrange dispartion du poète Podrimja à Lodève

Etrange dispartion du poète Podrimja à Lodève

Ali Podrimja

Etrange dispartion du poète Podrimja à Lodève

Le poète kosovar Ali Podrimja a été retrouvé mort samedi 21 juillet, quatre jours après sa disparation du festival « Voix de la méditerranée » où il était invité.

avec jc Créé le 15.04.2015 à 22h43

Ali Podrimja était considéré comme l'une des plus grandes figures de la poésie Albanaise contemporaine. Le festival Voix de la Méditerranée qui a pour vocation de faire résonner les polyphonies poétiques méditerranéennes l'avait invité pour la troisième fois.

Au cours de sa 15ème édition, du 16 au 22 juillet à Lodève, le festival a remarqué la disparition du poète âgé de 70 ans le mardi 17 juillet au soir. Aussitôt avertis, les gendarmes sont partis à sa recherche ; ils retrouvent le corps inerte du poète quatre jours plus tard à 4 km de la ville. Une autopsie prouve qu'il est décédé de cause naturelle par déshydratation.

« Au moment où tous les poètes invités cette semaine sont sur le chemin du retour, les poèmes d'Ali Podrimja les accompagnent et unissent ainsi la Méditerranée dans son souvenir » a déclaré dimanche 22 juillet, Franck Loyat, le directeur du festival.

Marc Delouze, conseiller littéraire du festival confie : « nous autres poètes avons une chance : lorsque nous mourons, notre voix reste vivante. La voix d'Ali Prodrimja incarnée par ses poèmes se poursuit et se répercute à travers la voix des poètes présents aujourd'hui ».

Ali Podrimja est né en 1942 à Gjakova, dans l'actuel Kosovo. Il fait des études de littérature à l'université de Pristina jusqu'en 1966. Cinq ans auparavant, âgé de 19 ans, il avait publié son premier recueil de poésie Thirrje (L'appel). Il publie alors plus de 10 volumes de poésie. Il opère un tournant dans son ouvrage poètique en 1982, avec la parution de son recueil Lum Lumi, un hommage à son jeune fils, Lum, victime d'un cancer. Ses thématiques sont celles de la solitude, de la mort, de la peur et son ton est laconique. Il s'inspire des traditions orales de la poésie folklorique albanaise qu'il joint à des métaphores inédites et surprend avec des formes syntaxiques inattendues.

La littérature albanaise a été longtemps peu connue en Europe, du fait qu'elle ait été jusqu'au 17e siècle un art oratoire non transcrit. En 1991, Ali Podrimja est le premier poète albanais contemporain a avoir publié en allemand avec le recueil « Ich Sattle das Ross den Tod » (littéralement en français je selle la mort du cheval).

Les livres d'Ali Podrimja ont été traduits en anglais, en français, en italien, en polonais, en roumain, en turcn en grec, en serbe, en croate et en slave.

Ses oeuvres disponibles en français sont La flamme volée (Flaka e vjedhur ) paru en 2010 aux éditions Arbre à Paroles et Défaut de verbe chez Cheyne en 2000.

Il a été récompensé du Prix Pjeter Bogdani, l'un des plus prestigieux prix littéraire d'Albanie en 1992 et du Prix international Nikolaus-Lenau en 1999.
15.04 2015

Les dernières
actualités