états-Unis

"Fire and Fury" : Donald Trump ne désarme pas et veut changer la loi

"Fire and Fury" : Donald Trump ne désarme pas et veut changer la loi

Depuis la révélation des premiers extraits du livre de Michael Wolff, Fire and Fury, Donald Trump ne décolère pas. Après avoir voulu interdire le livre, il veut changer la loi sur la diffamation.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
avec afp,
Créé le 11.01.2018 à 15h55,
Mis à jour le 11.01.2018 à 16h00

Le président américain Donald Trump a fait part mercredi 10 janvier de son intention de changer les lois américaines en matière de diffamation, après la publication du livre Fire and Fury, de Michael Wolff, très critique sur la politique et la personnalité du président. L'ouvrage sera publié en France le 22 février par Robert Laffont.

Donald Trump avait voulu interdire la publication de ce livre avant sa parution, soulevant l'indignation de l'Association des éditeurs américains et entraînant l'effet inverse : une mise en vente avancée et un succès phénoménal.

Comme toujours avec le "Potus" (President of the United States of America),  il a décidé d'aller plus loin: "Nous allons revisiter les lois de notre pays en matière de diffamation", a-t-il déclaré depuis la Maison Blanche, après une réunion avec ses ministres, ajoutant qu'il souhaitait dorénavant que "quand quelqu'un dit quelque chose de faux et diffamatoire sur une personne, cette dernière puisse avoir des recours significatifs devant la justice".   

"Nos lois actuelles sur la diffamation sont une escroquerie et une honte, elles ne représentent pas nos valeurs américaines", a-t-il poursuivi. Le milliardaire de 71 ans a multiplié les annonces sur le sujet de la diffamation depuis la publication vendredi du livre du journaliste Michael Wolff. "On veut de l'équité. Vous ne pouvez pas dire des choses fausses, en sachant qu'elles sont fausses, et sourire alors que l'argent tombe sur votre compte", a-t-il déclaré. 

"Fake News Awards"

Il est cependant peu probable que cette annonce se traduise par des actions concrètes. Changer les lois américaines sur la diffamation impliquerait une bataille judiciaire qui finirait sûrement devant la Cour suprême du pays, ces lois n'étant pas fédérales mais du ressort des Etats. 

Depuis la nomination par Donald Trump du juge Neil Gorsuch à la Cour suprême, la haute juridiction est à majorité conservatrice, mais rien n'indique qu'elle se prononcerait en faveur de l'executif américain. 

Le président des Etats-Unis avait déjà lancé l'idée de décerner des "Fake News Awards". Mais il pourrait en être le grand vainqueur puisque, en décembre dernier, Politifact avait recensé 329 "fausses nouvelles" émises officiellement et publiquement par lui depuis 2015.
 





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités