Galveston et Sergio Leone en haut de l'affiche | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 09.10.2018 à 14h45 (mis à jour le 10.10.2018 à 14h21) Cinéma

Galveston et Sergio Leone en haut de l'affiche

Elle Fanning et Ben Foster dans Galveston

Le 10 octobre, un film noir américain réalisé par une cinéaste et actrice française est confronté à un monstre comics, une jeune Kanake de la Belle Epoque et une ballerine belge pas comme les autres. Et la Cinémathèque ouvre sa grande exposition consacrée au maestro du western italien.

Après Jacques Audiard qui a adapté un roman de Patrick de Witt avec un western au casting américain, c’est au tour de Mélanie Laurent de s’attaquer au mythe hollywoodien.

En transposant Galveston (Belfond, 10/18), le roman de Nic Pizzolatto, créateur de la série True Detective, l’actrice-réalisatrice s’attaque ainsi à sa première production américaine elle aussi, avec Ben Foster et Elle Fanning au générique. Premier (et pour l’instant unique) roman de l’auteur, et prix du Premier roman étranger en 2011 en France, Galveston se déroule essentiellement en 1988 dans un Texas poisseux et précaire.
 

Un mercenaire décide de quitter son job brutal, se croyant condamné, et prend sous son aile une jeune prostituée et sa petite sœur. Ils fuient malgré les menaces qui planent autour d’eux.
 
Le film, qui mélange une violence sourde à une humanité non dite, a été présenté à Deauville. Il a l’atmosphère du roman noir avec ces villes délabrées et ces misérables qui s’entraident.
 
Photo VINCY THOMAS
Si on souhaite rester dans l’Ouest américain et la mythologie hollywoodienne, il faut aussi aller voir l’exposition "Il était une fois Sergio Leone", à la Cinémathèque française, qui s’ouvre le 10 octobre (jusqu’au 27 janvier 2019). Le parcours retrace sa vie, tombé dans le cinéma quand il était petit, et de ses influences, tout en décryptant son travail de réalisateur autour de ses films cultes.

Parmi les influences, il y a ses lectures. Au-dessus de sa bibliothèque « idéale », on lit ainsi "Le plus grand écrivain western a été et sera toujours Homère." Les livres exposés sont ceux de Raymond Chandler, Jack London, Miguel de Cervantes, Victor Hugo, Mario Puzo, Gay Talese, René Menad et Claude Sauvageot, Fiodor Dostoïevski, Leon Tolstoï, William Shakespeare et tant d’autres.
 
La Table ronde édite le catalogue, La révolution Sergio Leone, écrit par Gian Luca Farinelli et Christopher Frayling. Ce dernier a également rédigé une biographie sur le cinéaste italien, Sergio Leone : quelque chose à voir avec la mort, qu’Actes sud et l’Institut Lumière coéditent le 31 octobre.
 

Jeunesse en vedette

Dilili à Paris, le film d’animation de Michel Ocelot (Kirikou), bénéficie de nombreuses publications chez Casterman (le roman, le grand album, le livre documentaire, …) et d’un livre audio chez Gallimard Jeunesse Musique avec les compositions de Gabriel Yared.
 
Venom, héros invité dans la saga Spiderman, a le droit à son film estampillé Marvel. Leader du box-office nord-américain le week-end dernier, le monstre incarné par Tom Hardy est évidemment issu de comics parus en France chez Panini Comics, qui vient de publier, entre autres, Nous sommes Venom, sélection d’épisodes et d’articles pour découvrir le personnage.
 
Enfin, signalons que Girl, caméra d’or et Queer Palm à Cannes, film du Belge Lukas Dhont, aborde finement le sujet délicat du changement de sexe chez un garçon devenu ballerine. Signalons la sortie début septembre du roman graphique de Catherine Castro et Quentin Zuttion, Appelez-moi Nathan (« Payot graphic » chez Payot), qui raconte l'histoire inverse: Lila est devenue Nathan et décide de suivre un traitement hormonal tout en affrontant le regard du monde extérieur.
close

S’abonner à #La Lettre