Hachette Livre a maintenu ses résultats en 2012

Hachette Livre a maintenu ses résultats en 2012

Hachette Livre a maintenu ses résultats en 2012

Le résultat opérationnel de la branche édition de Lagardère a gagné 0,9%, à 223 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 2,077 milliards d'euros (+1,9%).

Par Fabrice Piault,
avec fp Créé le 15.04.2015 à 21h52

Les résultats de Lagardère Publishing (Hachette Livre) ont bien résisté en 2012 où le résop (résultat opérationnel) de la branche livre de Lagardère s'affiche à 223 millions d'euros (+ 0,9%) pour un chiffre d'affaires de 2,077 milliards d'euros (+1,9% en données brutes, -1,2% à données comparables), a indiqué le groupe Lagardère jeudi 7 mars au soir à l'occasion de la présentation de ses résultats annuels aux analystes financiers et à la presse.

Sur l'ensemble de l'année 2012, la marge opérationnelle de Lagardère Publishing, qui a réalisé 8% de son CA avec le numérique, ressort à 10,7%, se maintenant à un «haut niveau», précise le communiqué du groupe dont le P-DG, Arnaud Lagardère, se félicite d'une «transition numérique réussie».

A elle seule, la branche livre de Lagardère, qui pèse 28,2% du chiffre d'affaires du groupe, a réalisé l'an dernier 62,3% de son résultat opérationnel, qui s'élève au total à 358 millions d'euros (-13,5%) pour un CA de 7,37 milliards d'euros (-3,7% en données brutes). Cela traduit une «magnifique résistance» dans le contexte de la mutation numérique, s'est félicité le P-DG d'Hachette Livre, Arnaud Nourry.

Lagardère Services (52% de l'activité de Lagardère) présente un résop de 104 millions d'euros (-1%) pour un chiffre d'affaires de 3,809 milliards d'euros (+2,3% en données brutes) et Lagardère Active (14% de l'activité) un résop de 64 millions d'euros (-32,6%) pour un CA de 1,014 milliard d'euros (- 29,6%, mais -3,9% à données comparables) ; tandis que Lagardère Unlimited (sport, 6% de l'activité) affiche un résop négatif de -33 millions d'euros (-450%) pour un CA de 470 millions d'euros (+3,5% en données brutes, -5,9% en données comparables).

Selon Lagardère, les bonnes performances d'Hachette Livre s'expliquent par les succès en littérature générale (J.K. Rowling, E.L. James) en France ainsi que dans le secteur des fascicules, notamment au Japon. La forte hausse de la part du numérique au Royaume-Uni a également contribué significativement à la bonne tenue du résop.

En revanche, aux Etats-Unis, l'activité de la branche livre de Lagardère s'est révélée moins dynamique qu'en 2011, et a connu un fort repli en Espagne du fait de la crise économique. En 2013, elle pourrait continuer d'être affectée par l'absence de réforme des programmes scolaires, même si l'année démarre bien, a précisé le directeur financier du groupe Lagardère, Dominique d'Hinnin.
15.04 2015

Auteurs cités

Les dernières
actualités