Cinéma

La fiction à l'épreuve du réel dans les salles

Renée Zellweger incarne Judy Garland

La fiction à l'épreuve du réel dans les salles

Un documentaire sur une bibliothèque, les derniers mois d'une star du music-hall, une longue enquête pour faire plier un géant de la chimie et un classique SF revisité à l'ère #MeToo: les histoires vraies inspirent les films cette semaine au cinéma.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 25.02.2020 à 16h03,
Mis à jour le 25.02.2020 à 17h00

En salles ce 26 février, le documentaire Chut...! de Philippe Worms et Alain Guillon, une immersion pendant un an dans la biliothèque municipale Robert-Desnos de Montreuil en Seine-Saint-Denis. A cette occasion, Livres Hebdo a rencontré les deux réalisateurs.

Le réel est d'ailleurs très présent cette semaine dans les cinémas avec deux films inspirés d'histoires vraies. 

Judy, qui a valu un Oscar mérité de la meilleure actrice à Renée Zellweger, se concentre sur les derniers mois de la star Judy Garland, actrice précoce (Le magicien d'Oz), chanteuse hors pair, et icône de son vivant. Mais Judy Garland, au fil de ses mariages ratés, d'une carrière chaotique, d'une banqueroute sans fin, et d'une santé fragilisée par diverses addictions, était une femme vulnérable au crépuscule de sa courte vie. Pour se refaire une santé (physique et financière), elle accepte un contrat lucratif à Londres, où elle se mariera une dernière fois, et s'éteindra en juin 1969 à l'âge de 47 ans.

Le culte de Judy Garland a traversé les décennies. Mythe au sein de la communauté LGBT, symbole du système broyeur des studios hollywoodiens, victime de la domination masculine, elle a inspiré de nombreux livres. En France, l'Archipel a publié l'an dernier Judy Garland: splendeurs et chute d'une légende de Bertrand Tissier, première réelle biographie sur l'artiste depuis celle de Gérald Frank, Judy : la vie tragique et passionnée de Judy Garland, paru chez Grasset en 1977 et aujourd'hui épuisée. Egalement indisponible hors occasion, l'autobiographie du plus célèbre de ses époux, Vincent Minnelli, Tous en scène (Ramsay, 1985). Son destin est aussi mentionné dans le document de Mick Farren, Accro au speed: une rapide histoire des amphétamines (Camion blanc, 2012) ou, dans un registre moins sombre, dans le beau-livre illustré La comédie musicale de Christophe Champclaux et Linda Tahir-Meriau (Courrier du livre, 2017).
 

Dark Waters de Todd Haynes (Carol, Le musée des merveilles) s'inscrit dans la lignée de films comme Les hommes du Président et Erin Brockovich, à savoir la dénonciation d'actes malveillants à travers une enquête, ici juridique. Adapté d'un reportage paru dans le New York Times, "The Lawyer Who Became DuPont's Worst Nightmare" signé par Nathaniel Rich, le scénario raconte les 20 années de combat d'un avocat contre le géant chimique DuPont de Nemours, dont une usine a non seulement contaminé les sols et les eaux d'une région de Virginie Occidentale mais aussi empoisonné les habitants. Mark Ruffalo incarne Rob Bilott, cet avocat qui a pris tous les risques pour faire plier la multinationale (qui au final versera 671M$ à 3500 victimes.

L'avocat a publié l'an dernier chez Atria Books (Simon & Schister), sa version de l'histoire dans Exposure: Poisoned Water, Corporate Greed, and One Lawyer’s Twenty-Year Battle Against DuPont. Le journaliste Nathaniel Rich a écrit de nombreux ouvrages autour des questions environnementales, dont deux ont été traduits en France: Paris sur l'avenir (Sous-sol, 2015) et Perdre la terre: une histoire de notre temps (Seuil, 2019).
 

Enfin, s'il s'agit d'un personnage de fiction mondialement célèbre inventé par H.G. Wells en 1897. L'homme invisible revient sur les écrans mais cette fois-ci dans une histoire qui s'inscrit dans notre époque. Invisible Man, avec Elisabeth Moss (La servante écarlate), a pris pas mal de libertés par rapport au récit originel. Ici, l'homme invisible est riche et savant, violent et tyrannique. Son épouse décide de s'enfuir. Mais il semble la traquer, la hanter et la persécuter tel un prédateur sociopathe.

Le roman SF est disponible au Livre de poche, chez Albin Michel et en BD adapté par Dobbs chez Glénat.
 

 





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités