La ligue fait un "constat" alarmant sur la situation des auteurs | Livres Hebdo

Par Hervé Hugueny, le 22.10.2018 à 19h29 (mis à jour le 23.10.2018 à 11h25) Profession

La ligue fait un "constat" alarmant sur la situation des auteurs

Comme elle l’avait annoncé lors de sa création, la Ligue des auteurs professionnels a établi un constat de la situation de ceux qui font profession d’écrire, avant de proposer différentes hypothèses pour leur donner un vrai statut.

“Fruit de mois de travail entre experts et instances représentatives”, le constat de la Ligue des auteurs professionnelsoffre une présentation synthétique des enjeux sociologiques, économiques, fiscaux et sociaux qui fragilisent les fondements d’un pilier majeur de la création littéraire et artistique en France”, explique le communiqué de presse accompagnant le document publié le 22 octobre. “L’urgence est immense : les pouvoirs publics doivent prendre en main le statut social des auteurs”, proclame le texte, insistant sur les décisions défavorables prises à leur encontre.
 
“Le secteur du livre subit de nombreux bouleversements, dont les auteurs sont systématiquement la variable d’ajustement. L’explication est simple : isolés, sans un statut fiscal ou social solide, sans régulation, les auteurs sont dans une position asymétrique par rapport au grands groupes éditoriaux”, estime le communiqué de la Ligue, créée en septembre avec l’ambition “de défendre le métier de ceux qui écrivent, illustrent et traduisent”.
 
Asymétrie et paupérisation


Les auteurs de livres sont à la base d’une secteur qui “représente à lui seul plus de 80000 emplois dans l’édition, la diffusion, la distribution, la librairie et les bibliothèques”, rappelle le constat, en préambule, qui juge que le droit d’auteur, indispensable socle juridique de cette économie, entretien l’asymétrie des rapports avec les éditeurs et “protège surtout les intérêts de ceux qui exploitent les droits patrimoniaux des auteurs”.
 
Le constat analyse le résultat de l’absence de véritable statut et protection de l’auteur, qui entraîne une paupérisation généralisée, que la hausse prochaine des prélèvements sociaux aggravera. La nature du revenu des auteurs, assimilé à un salaire en matière de cotisation, mais qui relève aussi de la rémunération d’un patrimoine et d’un droit de propriété, ne clarifie pas la situation.
 
Les auteurs répondent aussi au reproche du coût de leur protection sociale, qui serait largement prise en charge par le régime général, en soulignant que s’il y a un déséquilibre, il viendrait plutôt de la très faible contribution des éditeurs, de 1,1%, soit 30 fois moins que la cotisation habituelle des employeurs. Ils imaginent aussi ce que provoquerait la disparition des auteurs professionnels, pour affirmer que ce serait finalement très coûteux pour l’économie et le rayonnement culturels de la France, et qu’il est donc de bon sens d’assumer de vrais choix politiques en la matière.

Surproduction
 
Le constat dénonce aussi la surproduction qui entretient une cohorte toujours plus nombreuse d’auteurs fragilisés, et reporte le risque économique sur eux, tout en contrôlant de fait leur accès à ce statut social et fiscal si peu satisfaisant. “Un vrai statut de l’auteur devrait trouver le moyen de rééquilibrer la chaîne du livre des éditeurs vers les auteurs”, revendique le constat, en poursuivant : “Mieux payer les auteurs, investir plus, ce serait moins publier pour, en échange, mieux travailler et enfin recréer un cadre favorable à la visibilité des livres et donc au succès.”
 
“La Ligue a décidé d’agir, de communiquer, d’expliquer et de revendiquer”, déclare le constat en conclusion, et “travaille d’ores et déjà sur des pistes à explorer ainsi que sur différentes hypothèses de réforme”, en exigeant qu’une “grande mission soit créée sur l’avenir des auteurs”, qui devra réfléchir au cadre légal, fiscal et social nécessaire à leur activité.
 

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre