SCIENCE-FICTION

J'ai lu, qui a entamé un vaste travail de retraduction de l'oeuvre de Philip K. Dick en grand format, assoit sa place de leader sur le secteur.

"Notre ambition est de montrer qu'en plus d'être un monument de la SF l'oeuvre de Philip K. Dick a enrichi l'histoire littéraire du XXe siècle et, que à ce titre, il mérite de figurer au panthéon des auteurs classiques, sans considération de genre."THIBAUD ELIROFF, J'AI LU. - Photo J'AI LU

Depuis un an, sous la houlette de Thibaud Eliroff, responsable des collections de science-fiction, J'ai lu réédite les titres les plus emblématiques de Philip K. Dick avec de nouvelles traductions en grand format. Après Le maître du Haut Château, Blade runner et Confessions d'un barjo, l'éditeur publiera bientôt Le dieu venu du Centaure et Coulez mes larmes, dit le policier. "Notre ambition est de montrer qu'en plus d'être un monument de la SF l'oeuvre de Philip K. Dick a enrichi l'histoire littéraire du XXe siècle et, que à ce titre, il mérite de figurer au panthéon des auteurs classiques, sans considération de genre", explique Thibaud Eliroff. Dans ce sens, l'éditeur a également initié un travail sur d'autres romans moins célèbres de Dick retraduits, compilés et publiés dans la collection "Nouveaux millénaires" : le volume 3, Le zappeur de mondes, qui regroupe des titres de l'auteur écrits en 1963 et 1964, sera disponible début avril. Avec "Nouveaux millénaires", créée en 2011, J'ai lu assume ainsi un double rôle de dénicheur de talents et de gardien de mémoire de la littérature de cience-fiction, en y publiant de nouveaux auteurs et en revisitant des classiques avec une nouvelle traduction ou du matériel additionnel. Dans cette même collection, on retrouvera cette année un nouvel auteur, Rod Rees, un roman inédit de Richard Matheson, l'auteur de Je suis une légende, qui n'avait rien publié depuis dix ans, ainsi que le premier volume de Wild cards, l'autre grande série de George R. R. Martin, l'auteur du Trône de fer.

Leader du secteur de l'imaginaire en 2012, J'ai lu, qui réalise à lui seul plus de 25 % des ventes en exemplaires (1), annonce une progression de 18 % sur un marché pourtant en bisse. Très en forme, l'éditeur a concocté pour 2013 un riche programme pour l'imaginaire : pas moins de 35 titres en semi-poche, dont 28 inédits, et 57 poches, dont 27 inédits. "Notre production poche reste stable, tandis que notre présence sur les autres formats s'accentue. En publiant davantage d'inédits, nous renouons avec une certaine tradition initiée par Jacques Sadoul, qui avait su faire de J'ai lu l'un des fers de lance de l'imaginaire en France", expliquent Thibaud Eliroff et Florence Lottin, directrice littéraire responsable des littératures de genre. Outre des titres de ses auteurs phares tels que Charlaine Harris ou Karen Marie Moning, l'éditeur publiera une nouvelle série inédite d'Orson Scott Card, la série de fantasy urbaine de Cassandra O'Donnell Rebecca Kean et le nouveau roman d'Oliver Peru, Martyrs, qui sera disponible dès le 27 mars en librairie.

(1) Voir dossier Littératures de l'imaginaire, LH 937 du 18.1.2013, p. 55.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités