La mort de Pierre Bourgeade

Pierre Bourgeade dans les années 1980 © Jacques Sassier/Gallimard

La mort de Pierre Bourgeade

L'auteur des Immortelles, à la réputation sulfureuse et au talent polymorphe vient de décéder.

Par Claude Combet ,
avec cc Créé le 15.04.2015 à 22h43

Romancier, dramaturge, poète, scénariste, journaliste, critique littéraire et photographe, Pierre Bourgeade est mort le 12 mars.

Né en 1927 à Morlanne, dans les Pyrénées, et fortement marqué par la guerre d'Espagne, cet écrivain prolifique et polymorphe racontait qu'il avait été “poussé à la littérature par les coups de canon qu'il entendit, enfant, dans les années 1936, de l'autre côté de la montagne”.

Mais ce n'est qu'en 1966 que Georges Lambrichs publie chez Gallimard son premier roman Les immortelles. Auteur “scandaleux” dans les années 1960, il avouait “osciller entre histoire et fiction, érotisme et sacré ”, tandis que Maurice Nadeau voyait en lui un digne “héritier de Sade et de Georges Bataille”.

Gallimard, qui a publié une vingtaine de romans et de pièces de théâtre, a été son éditeur jusqu'en 1998 avant que Tristram ne prenne la relève pour une dizaine de romans et recueils de nouvelles.

Son dernier titre paru est un recueil de textes accompagnant 75 dessins au plomb de la Norvégienne Madhi Holtrop, Plaisir (Orbis Pictus, novembre 2008).

Dramaturge, il a signé deux pièces qui ont marqué l'histoire du théâtre français contemporain : Orden (1969), mis en scène par Jorge Lavelli, et Palazzo mentale (1974), mis en scène par Georges Lavaudant.

Egalement auteur de romans noirs, il a notamment été récompensé du grand prix Paul-Féval de littérature populaire par la Société des gens de lettres en 1998 pour Pitbull (“Série noire”, Gallimard.

Son dernier texte, ça n'arrive qu'aux mourants, est paru en octobre dans la collection “Suite noire” (La Branche).

Ami de Man Ray et de Pierre Molinier, Pierre Bourgeade a également photographié du nu, en noir et blanc.

En 2003, il avait publié un volume d'entretiens avec ses éditeurs de Tristram, Sylvie Martigny et Jean-Hubert Gailliot, L'objet humain, dans la collection “L'Infini” de Philippe Sollers (Gallimard). Il disait qu'“une journée sans écrire était pour lui une journée perdue”.

Les dernières
actualités