9 octobre > BD Suisse/France

La vie des bêtes

La vie des bêtes

Auteurs de la stimulante série Cité 14, Pierre Gabus et Romuald Reutimann s’offrent une belle récréation avec un one-shot acide, fantastique et cruel.

Par Fabrice Piault ,
avec Créé le 17.10.2013 à 18h49

Photo PIERRE GABUS ET ROMUALD REUTIMANN/HUMANOÏDES ASSOCIÈS

Après deux « saisons » de leur inclassable et néanmoins emballante série Cité 14, Pierre Gabus et Romuald Reutimann laissent provisoirement de côté le format comics et le noir et blanc pour livrer un one-shot grand format en couleurs. On y retrouve, magnifié, leur fascinant univers, qui plonge ses racines dans l’imaginaire de la toute fin du XIXe siècle et du premier tiers du XXe, non loin d’Eugène Sue et surtout de Jules Verne. On y retrouve également leur riche bestiaire d’hommes, de chats, de souris, de tigres, de belettes, d’hippopotames et autres chiens ou cochons, tous doués de pensée et de parole. Mais, hors le commandant Alfred Bigoodee, L’extravagante croisière de Lady Rozenbilt met en scène de nouveaux personnages.

Jeune apprenti pilote, Alfred Bigoodee, sympathique chat noir dont l’origine extraterrestre se traduit par une syntaxe et un vocabulaire défaillants, est le témoin actif d’un drame qui survient à bord du luxueux hydravion de croisière de la richissime Lady Rozenbilt. Flanquée d’un détestable neveu, celle-ci offre à ses très privilégiés amis un spectacle douteux et une exposition de monstres qui tourne mal. Vingt-huit ans plus tard, le héros à l’âge mûr poursuit toujours certains protagonistes du drame. Et l’on est entraîné dans une aventure teintée d’humour acide, dans laquelle se reflètent sur un fond fantastique la cruauté du monde, les tensions sociales et la bêtise humaine. Fabrice Piault

Sur le même thème

Les dernières
actualités