Référencement

Comment référencer un titre qui n'apparaît que sous forme d'emoji ? Frédéric Beigbeder a lancé le défi à la chaîne du livre avec son prochain roman, à paraître le 2 janvier chez Grasset. Dans un premier temps sans titre, cette fiction, qui clôt la trilogie d'Octave Parengo, est depuis le 25 novembre « simplement ornée d'un emoji mort de rire », écrit le groupe Hachette sur son site. L'emoji étant absent des claviers autres que celui d'un smartphone, il a fallu trouver des alternatives pour référencer le roman. La base de données bibliographique Electre Data Services a ainsi créé trois clés d'accès : mdr, mort de rire et emoji. Le copyright du titre, L'homme qui pleure de rire, est devenu la référence des plateformes en ligne comme Amazon, indique le service commercial de Grasset. À la diffusion, la représentante Christine Lagarde assure qu'elle n'a pas rencontré de problème lors de la prospection, étant donné la popularité de l'auteur. Même écho à la distribution d'Hachette, pour une raison plus technique : « le code ISBN évite toute confusion ».

Paré d'une jaquette, le livre arborera sur sa couverture le populaire smiley. C'est la deuxième fois que l'éditeur fait imprimer un émoticone sur la jaune. En 2013, Une histoire sans mots du Chinois Xu Bing, était entièrement « rédigé » en pictogrammes.

Côté librairie, « nous avons l'habitude des ouvrages sans titre ! », s'exclame Delphine Bouétard, gérante de la librairie parisienne Ici. De la Bible jusqu'aux ouvrages collectifs, nous devons toujours nous adapter ». L'attachée de presse de l'auteur, Alina Gurdiel, redoute elle la communication du titre à la radio, « contrairement à la presse écrite et à la télévision, où l'image se suffit à elle-même ». La radio se reconnaîtra dans ce livre, où Octave Parengo est humoriste à 8 h 55 sur une grande station nationale du service public tout comme l'auteur l'a été avant d'être remercié, en 2018, par la direction. « J'avais envisagé L'humoriste le plus écouté de France ou Le sens de l'humour mais j'ai choisi ce smiley pour dénoncer et entériner cette disparition de la langue par les symboles », assure l'écrivain qui « n'est présent sur aucun réseau social ». Frédéric Beigbeder n'en est pas à son premier casse-tête avec un titre. Après le passage du franc à l'euro, son titre 99 francs et devenu 14,99 euros. Isabel Contreras

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités