Exposition

Le "Dit du Genji", un millénaire d’imaginaire

"Le Dit du Genji", au musée Guimet à Paris depuis le 22 novembre - Photo DR

Le "Dit du Genji", un millénaire d’imaginaire

Estampes, rouleaux tissés de brocart, kimonos… Le musée Guimet à Paris célèbre le grand classique japonais du XIe siècle le Dit du Genji à travers mille ans de productions artistiques que le chef-d'œuvre de la poétesse Murasaki Shikibu a inspirés.

J’achète l’article 1.5 €

Par Sean Rose ,
Créé le 22.11.2023 à 15h55

Chaque culture a son livre phare qui inspire les artistes et les poètes. Dans l’Antiquité grecque, c’est l’Iliade et l’Odyssée d’Homère. En Europe occidentale, le roi Arthur et les chevaliers de la table ronde sont les héros d’un cycle romanesque qui nourrit jusqu’à la littérature fantasy contemporaine. Au Japon, on répondra sans conteste : Genji monogatari, ou le Dit du Genji de la poétesse Murasaki Shikibu. Premier roman de l’histoire écrit par une femme au XIe siècle, c’est LE chef-d'œuvre de la littérature japonaise classique.

Ce roman-fleuve, en trois parties, composé de 54 livres, se déroule sous l’ère Heian (794-1185), âge d’or du raffinement de cour et de l’esthétique de l’éphémère des choses. Vie tumultueuse faite d’exil, de solitude, de conquête du pouvoir et surtout d’intrigues amoureuses ! L’histoire du prince impérial Genji le Radieux est une manière de quête du Graal sous forme de recherche de la femme parfaite. Il la trouve enfin en élevant une tout jeune fille, en la « façonnant » à son idéal. Et en creux, le point de vue de son autrice.

Le musée national des arts asiatiques-Guimet célèbre ce trésor de la littérature japonaise à travers l’exposition « À la cour du prince Genji : 1000 ans d’imaginaire japonais » qui a ouvert mercredi 22 novembre. Elle est dédiée à maître Itaro Yamaguchi (1901-2007), issu d’une lignée de tisseurs de soie. Ses quatre rouleaux de brocart, version tissée du grand classique nippon, montrés pour la première fois en France et se déployant sur plus de 30 mètres de long, sont le clou de l’exposition. De l’estampe au manga, du kimono aux objets laqués… les épisodes des aventures du Genji sont autant de motifs pour la création.

« À la cour du prince Genji » est accompagnée d’un catalogue en coédition avec Gallimard, véritable beau livre en reliure japonaise – avec des pages doublées et pliées – et dont les illustrations sont des reproductions des rouleaux du Dit du Genji que maître Yamaguchi a mis les dernières 37 ans de sa vie à tisser. L’ambiance sophistiquée de cour de Heian de l’exposition nous invite à nous replonger dans d’autres excellentes publications : le chef-d'œuvre lui-même dans une édition illustrée, et réédité en « « Petite Collection » chez Diane de Selliers (voir encadré) en début novembre, ou sa récente adaptation en manga éditée par Synchronique l’année dernière et, plus largement, dans le Japon ancien : de la préhistoire à Heian, avec un volume de la collection « Mondes anciens » sorti chez Belin en septembre dernier.

Enfin en « Petite Collection », aux éditions Diane de Selliers.

« À la cour du prince Genji : 1000 ans d’imaginaire japonais », Musée national d’Art des arts asiatiques-Guimet, Paris, jusqu’au 25 mars 2024. www.guimet.fr

Bibliographie :

  • Catalogue, reliure japonaise, 208 p., 130 illustrations, 35 €, , Mnaag / Gallimard, 2023
  • Murasaki Shikibu, Le Dit du Genji, illustré par la peinture traditionnelle japonaise, Diane de Selliers « Petite Collection », 2023, 3 volumes reliés et 1 livret d’accompagnement, sous coffret, 1312 p., 520 illustrations, 165 €
  • Murasaki Shikibu, Le Dit du Genji. Adaptation : Sean Michael Wilson ; dessin : Inko Ai Takita, Synchronique, 2022, 192 p.,
  • Laurent Nespoulous et Pierre-François Souyri, Le Japon : des chasseurs-cueilleurs à Heian, -36 000 à l’an mille, Belin « Mondes anciens » sous la direction de Joël Cornette, Belin 2023, 544 p., 49 €

Les dernières
actualités