Le Femina dévoile ses premières sélections 2018 | Livres Hebdo

Par Isabel Contreras, le 17.09.2018 à 18h25 (mis à jour le 18.09.2018 à 09h43) Grands prix d'automne

Le Femina dévoile ses premières sélections 2018

Vanessa Schneider - Photo JEAN-FRANÇOIS PAGA/GRASSET

Le jury du Femina, par la voix de Camille Laurens, a annoncé lundi 17 septembre deux listes composées de 14 romans français et de 14 romans étrangers.

Quatorze romans français et quatorze romans étrangers composent la première sélection du prix Femina 2018.

Si on reconnaît plusieurs romans déjà sélectionnés par le Goncourt ou le Médicis comme Frère d'âme de David Diop ou La révolte de Clara Dupont-Monod, on retrouve des livres absents jusqu'à présent sur les listes comme ceux d'Olivier Liron (Einstein, le sexe et moi, Alma) ou Régine Detambel (Platine, Actes Sud).

Chez les étrangers, plusieurs auteurs nouvellement traduits en français y trouvent leur place comme Itamar Orlev avec Voyou (Seuil) ou Abubakar Adam Ibrahim avec La saison des fleurs de flamme (L'Observatoire).

Les prochaines sélections auront lieu les 5 et 24 octobre, avant la remise des prix le 5 novembre.

Romans français
  • Arcadie d'Emmanuelle Bayamack-Tam (P.O.L)
  • Trois enfants du tumulte d'Yves Bichet (Mercure de France)
  • Tous les hommes désirent naturellement savoir de Nina Bouraoui (J-C Lattès)
  • Je voudrais que la nuit me prenne d'Isabelle Desesquelles (Belfond)
  • Platine de Régine Detambel (Actes Sud)
  • Frère d'âme de David Diop (Seuil)
  • La révolte de Clara Dupont-Monod (Stock)
  • François, portrait d'un absent de Michaël Ferrier (Gallimard)
  • Idiotie de Pierre Guyotat (Grasset)
  • Le lambeau de Philippe Lançon (Gallimard)
  • Einstein, le sexe et moi d'Olivier Liron (Alma)
  • Tu t'appelais Maria Schneider de Vanessa Schneider (Grasset)
  • Roissy de Tiffany Tavernier (Sabine Wespieser)
  • Une vie en l'air de Philippe Vasset (Fayard)
Romans étrangers
  • Je reste ici de Marco Balzano traduit de l'italien par Nathalie Bauer (Philippe Rey)
  • Taxi curaçao de Stefan Brijs, traduit du néerlandais par Daniel Cunin (Héloïse d'Ormesson)
  • Le monarque des ombres de Javier Cercas, traduit de l'espagnol par Aleksandar Grujicic, avec la collaboration de Karine Louesdon (Actes Sud)
  • Le bûcher de György Dragoman, traduit du hongrois par Joëlle Dufeuilly (Gallimard)
  • La femme à part de Vivian Gornick, traduit de l'anglais par Laetitia Devaux (Rivages)
  • Le cœur converti de Stefan Hertmans, traduit du néerlandais par Isabelle Rosselin (Gallimard)
  • Forêt obscure de Nicole Krauss, traduit de l'anglais par Paule Guivarch (L'Olivier)
  • La saison des fleurs de flamme d'Abubakar Adam Ibrahim, traduit de l'anglais par Marc Amfreville (L'Observatoire)
  • La neuvième heure d'Alice McDermott traduit de l'anglais par Cécile Arnaud (La Table ronde)
  • Voyou d'Itamar Orlev, traduit de l'hébreu par Laurence Sendrowicz (Seuil)
  • Asta de Jón Kalman Stefánsson, traduit de l'islandais par Eric Boury (Grasset)
  • My absolute darling de Gabriel Tallent, traduit de l'anglais par Laura Derajinski (Gallmeister)
  • Les livres de Jakob d'Olga Tokarczuk, traduit du polonais par Maryla Laurent (Noir sur blanc)
  • La marcheuse de Samar Yazbek, traduit de l'arabe par Khaled Osman (Stock)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
close

S’abonner à #La Lettre