DISPARITION

Le poète et essayiste cubain Roberto Fernandez Retamar "est décédé le 21 juillet dans l’après-midi, à l’âge de 89 ans " a annoncé la Casa de las Americas (Maison des Amériques) dont il était directeur.
 
L’établissement déplore "une perte irréparable pour la culture cubaine" et salue un travail qui a "ouvert des canaux et posé des jalons dans la poésie espagnole, à laquelle il a légué des textes qui resteront à jamais comme « ¿Y Fernández ? » ou Con la mismas manos  (Avec les mêmes mains).
 
En France, les poèmes de Robert Fernandez Retamar ont été publiés en 2014 au Temps des cerises dans un recueil Circonstances de la poésie précédé du poème « Avec les mêmes mains ».
 
Figure de la Revolution cubaine
 
Proche de Fidel Castro, distingué par le Prix national de liéttrature il y a trente ans, le poète a occupé plusieurs fonctions politiques dont celle de membre du Conseil d’Etat chargé de la culture. Il reste " indissociable" de la Révolution cubaine de 1959, un "phénomène" qui a été "une caisse de résonnance pour son œuvre" selon la Casa de las Americas.
 
L'établissement culturel rend hommage à "ses essais pénétrants et éclairés"  qui "ne sont pas moins pertinents" et "soulignent l'immensité de sa pensée et l'ampleur de son œuvre intellectuelle, qu'il s'agisse de ce classique de la réflexion latino-américaine et caribéenne, "Caliban", ou de Para una teoría de la literatura hispanoamericana (Pour une théorie de la littérature hispano-américaine)".

Il avait reçu le prix international Unesco/José Mari en janvier dernier.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités