Turquie

Le président turc porte plainte contre un politologue et auteur français

Philippe Moreau Defarges - Photo COPIE D'ÉCRAN/BFM BUSINESS

Le président turc porte plainte contre un politologue et auteur français

Le chercheur et auteur Philippe Moreau Defarges a évoqué le possible assassinat du président turc sur BFM Business.

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécilia Lacour,
avec AFP,
Créé le 24.04.2017 à 17h16,
Mis à jour le 24.04.2017 à 18h00

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a porté plainte contre Philippe Moreau Defarges, chercheur à l’Institut français de relations internationales (IFRI) et auteur de nombreux ouvrages géopolitiques comme La géopolitique pour les nuls (First, 2008 et réédité en 2012 et 2016) ou Nouvelles relations internationales à paraître en poche chez Points le 1er juin 2017. Le chercheur a évoqué, le 22 avril sur le plateau de BFM Business, le possible assassinat du président turc alors qu'il analysait le référendum, organisé en Turquie le 16 avril, sur le renforcement des pouvoirs présidentiels d'Erdogan.
 
Philippe Moreau Defarges a estimé que les recours contestant la victoire du président turc en invoquant des possibles irrégularités "ne mèneront nulle part parce que Erdogan va veiller à tout verrouiller".
 
Enumérant les différents scénarios possibles pour la Turquie, le chercheur a ajouté: "Soit il y a une guerre civile, soit il y a une autre hypothèse qui est difficile à évoquer, c’est son assassinat".


 
Un avocat représentant Recep Tayyip Erdogan, Huseyin Aydin, a porté plainte, ce lundi 24 avril, contre Philippe Moreau Defarges devant le parquet d’Ankara, selon l’agence de presse progouvernementale turque Anadolu. La plainte assimile les propos du chercheur à une "incitation" à assassiner le président turc. "Nous allons faire de notre mieux pour empêcher que de telles approches fascistes soient légitimées", a assuré Ibrahim Kalin, le porte-parole du gouvernement turc, lors d’une conférence de presse.
 
A la suite de cette controverse, le chercheur a présenté publiquement ses excuses sur Twitter. 
   
Le porte-parole du gouvernement a toutefois affirmé que ces excuses sont "insuffisantes" et que le chercheur français doit assumer "les conséquences légales" de ses propos.

Dans la plainte déposée à Ankara, l’avocat d’Erdogan demande l’extradition du politologue français vers la Turquie afin qu’il soit entendu par des psychiatres et qu’il soit ensuite poursuivi. "L’appel au meurtre du Président Erdogan doit être étudié par les juristes mais aussi par les psychiatres. Ces paroles ne peuvent pas se limiter à la liberté d’expression, il s’agit ouvertement d’une faute juridique. Du point de vue du droit, il est possible de poursuivre cet individu devant la justice turque", a affirmé l’avocat auprès de l'agence de presse Anadolu.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités