Le romancier brestois Jean-François Coatmeur s'est éteint | Livres Hebdo

Par Cécilia Lacour, le 15.12.2017 à 16h11 (mis à jour le 15.12.2017 à 17h00) Disparition

Le romancier brestois Jean-François Coatmeur s'est éteint

Jean-François Coatmeur - Photo DR

Auteur de 28 romans policiers, Jean-François Coatmeur est décédé lundi 11 décembre.

Jean-François Coatmeur est mort à Brest à l'âge de 92 ans, lundi 11 décembre, annonce le quotidien régional Le Télégramme.
 
Né le 26 juillet 1925 dans le Finistère, Jean-François Coatmeur envisage de devenir prêtre avant d'intégrer la Faculté catholique d'Anger pour y suivre un cursus de lettres classiques. Professeur à Calais, Brest ou encore Abidjan, Jean-François Coatmeur écrit une première pièce de théâtre, en 1953, inspirée de la ville légendaire bretonne Ys.
 
Mais c'est le roman policier qui le faire connaître. En 1963, Le Masque édite son premier roman: Chantage pour une ombre. Pour son deuxième roman, Jean-François Coatmeur migre chez Denoël pour la publication de douze ouvrages dont Les sirènes de minuit en 1976, lauréat du Grand prix de littérature policière l'année de sa sortie, ou La bavure, Prix Mystère de la critique 1981. Après Denoël, l'écrivain publie enfin chez Albin Michel des titres dont La danse des masques (1989), Prix du suspense et Grand prix des écrivains de l'ouest.
 
"J’ai connu l’époque où le roman policier était assimilé au roman de gare, vite lu, vite abandonné dans le train. Dans mes livres, où la police joue un rôle très limité, j’ai voulu démontrer que l’on pouvait écrire des romans à suspense comme de véritables œuvres littéraires. Je les appelle des « romans de mystères »", déclarait Jean-François Coatmeur, cité par Ouest France.
 
Son dernier ouvrage, Les noces macabres (Albin Michel), a été publié en 2016.
close

S’abonner à #La Lettre