Histoire

A paraître le 2 octobre aux éditions Thierry Marchaisse, le Journal politique : la République gaullienne (1958-1981) de l’historien et éditeur Michel Winock transporte son lecteur dans une France prospère mais pleine de contradictions, au fil de notes d’une écriture limpide et d’une lucidité captivante. A gauche, d’où parle l’auteur, tout tourne autour d’un Parti communiste encore puissant mais en déclin. Un courant réformiste émerge, dont Esprit et Le Seuil sont une des expressions dans les revues et l’édition.

Michel Winock participe activement aux deux entreprises, en tant qu’auteur, puis directeur de collection, avant de devenir directeur littéraire au sein d’une maison en pleine ascension, dont la ligne éditoriale est bien en phase avec la vie intellectuelle de la période, qu’elle alimente autant qu’elle s’en nourrit. Il lance aussi L’Histoire, revue très innovante avec son ambition de rendre la recherche universitaire accessible. Le mensuel sera également un outil d’influence face aux concurrents.

L’historien excelle à tracer les portraits de ses confrères, qu’on suppose sincères s’agissant d’un texte qui n’était pas destiné à être publié. On y lit de l’intérieur la vie d’une maison d’édition, et on y devine les tensions qui éclateront lors de sa vente en 2004, laquelle coïncide avec le repli d’une gauche réformiste qui ne fait plus rêver. On attend la fin de ce Journal, impatient de voir si la bienveillance de son auteur résistera aux désillusions de la suite de l’histoire. H. H.






Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités