Les éditeurs de littérature québécois s'organisent en groupement

Le Salon du livre de Montréal ©Fabrice Piault/LH

Les éditeurs de littérature québécois s'organisent en groupement

A la veille du Salon du livre de Montréal, qui s'ouvre mercredi 17 novembre, le GELi entend “faire entendre la voix des éditeurs culturels auprès du public, des médias et des institutions gouvernementales”.

Par Fabrice Piault ,
avec fp Créé le 15.04.2015 à 22h43

26 groupes et petites maisons représentant l'essentiel de l'édition de littérature québécoise ont annoncé, lundi 15 novembre dans un communiqué, à la veille de l'ouverture du Salon du livre de Montréal organisé du 17 au 22 novembre, la création du Groupement des éditeurs littéraires (GELi) qui “se donne comme principale mission de faire entendre la voix des éditeurs culturels auprès du public, des médias et des institutions gouvernementales pertinentes”, en poursuivant “comme seul objectif la défense et la promotion de la littérature d'ici”.

“Le livre culturel souffre d'un recul dans la sphère publique et les intérêts de la bibliodiversité nous paraissent trop mollement représentés auprès des organismes gouvernementaux”, constate le GELi, qui entend agir en parallèle à l'Association nationale des éditeurs de livres (Anel), dont certains des fondateurs du GELi ne font pas ou plus partie.

“Le milieu littéraire doit bénéficier d'une défense particulière”, car “nos priorités ne sont pas les mêmes”, précise Arnaud Foulon, le directeur général d'Hurtubise, qui est l'un des cofondateurs du groupement, dans le quotidien Le Devoir du 16 novembre.

“Quand on se retrouve à la même table qu'un éditeur qui sort 140 000 manuels alors qu'on publie un premier roman à 700 exemplaires, on se retrouve parfois relégué au second plan derrière les convictions commerciales de certains éditeurs, souvent derrière les scolaires.”


“Groupe de réflexion et laboratoire d'idées”

Conçu comme “groupe de réflexion et laboratoire d'idées doté d'une structure légère”, le GELi entend “réclamer davantage de tribunes et d'espace médiatique dédiés au livre ; obtenir une attention et un soutien accrus de la part des organismes publics ; favoriser le rayonnement du livre culturel québécois sur la scène internationale ; promouvoir les auteurs des livres qui façonnent notre culture et qui participent de son rayonnement ; développer des relations plus étroites et plus constructives avec les créateurs et les partenaires essentiels de la chaîne du livre que sont les auteurs et les libraires”.

Il se préoccupera aussi, précise le communiqué “d'enjeux ponctuels importants, tels que le projet de loi C-32 sur le droit d'auteur (1), le développement du marché du livre électronique, le phénomène de régression de la librairie indépendante ou encore la question d'un prix réglementé dans le domaine du livre”.

Les créateurs du GELi sont Alire, Alto, Boréal, Ecosociété, Groupe Librex, Groupe Ville-Marie littérature, Héliotrope, Hurtubise, L'Instant même, La Courte Echelle, La Peuplade, La Pleine-lune, Le Lézard amoureux, Le Noroît, Le Quartanier, Les Allusifs, Les Herbes rouges, Lux éditeur, Nota bene, Québec Amérique, Remue-ménage, Septentrion, Triptyque, Trois-Pistoles, Varia et XYZ.

_______
(1) Voir LH 841, du 12.11.10, pp. 20-21.
15.04 2015

Les dernières
actualités