Royaume-Uni

L’essentiel de la Foire de Londres

25 000 visiteurs ont arpentés du 8 au 10 avril, les allées de la Foire de Londres. - Photo FABRICE PIAULT/LH

L’essentiel de la Foire de Londres

La Foire professionnelle du livre de Londres s’est tenue à Earls Court, du 8 au 10 avril 2014. Voici ce qu’il faut retenir de cette dernière édition avant le déménagement à l’Olympia Hall.

J’achète l’article 1.50 €

Par Anne-Laure Walter,
Créé le 18.04.2014 à 00h00,
Mis à jour le 18.04.2014 à 10h10

L’atmosphère était plutôt détendue à la Foire de Londres, du 8 au 10 avril, la deuxième grande manifestation internationale du secteur après Francfort, dont la fréquentation est restée stable, à 25 000 visiteurs.

Le nouveau format. La foire s’étend désormais sur toute une semaine, débutant le lundi avec le séminaire numérique et se terminant le vendredi avec une journée grand public présentant des auteurs. Si les responsables de droits sont restés jusqu’au jeudi soir, la plupart des éditeurs français ont commencé à repartir dès le mercredi après-midi.

Coup de cœur pour les Frenchies. Cette édition a été marquée par le regain d’intérêt pour la fiction française : soit pour le polar, soit pour le "feel good book" à la française, dans la droite ligne de L’extraordinaire voyage du fakir… de Romain Puértolas (Le Dilettante). Quatre titres ont particulièrement fait le buzz : Le liseur du 6 h 27, qui ne paraîtra que le 13 mai en France Au Diable vauvert et a été acquis dans 20 pays, La femme au carnet rouge d’Antoine Laurain (Flammarion), Le livre secret de Grégory Samak, programmé pour le 7 mai chez Flammarion, et, dans une moindre mesure, le premier roman de Diane Brasseur, Les fidélités (Allary éditions).

Pas d’Awards pour les Français. Pour la première remise des "Publishing industry excellence awards", les deux Français en lice (1), Pierre Astier dans la catégorie "Meilleur agent littéraire international" et Philippe Robinet dans la catégorie "Meilleur éditeur international de l’année" pour Kero sont rentrés bredouilles. C’est l’agente danoise Anneli Høier et l’éditeur malais Fixi qui ont été récompensés.

La fiction littéraire à la diète. Les éditeurs étant à la recherche de livres générant de grosses ventes immédiates, les échanges de droits se sont polarisés sur la non-fiction et le roman grand public. Comme déplore le Francis Geffard, éditeur de littérature étrangère chez Albin Michel, "il y a de moins en moins de textes purement littéraires, moins de premiers romans, moins de recueils de nouvelles chez les Anglo-Saxons".

Le déménagement. La prochaine édition se tiendra, du 14 au 16 avril 2015 à l’Olympia Hall, à seulement une station de métro de distance d’Earls Court. Anne-Laure Walter

(1) Voir LH 991, du 28.3.2014, p. 44.


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités