Proclamation

Lucie Rico, lauréate du Prix du Roman d'Ecologie 2021

Lucie Rico - Photo P.O.L

Lucie Rico, lauréate du Prix du Roman d'Ecologie 2021

Le chant du poulet sous vide, paru aux éditions P.O.L., a été salué pour son hybridité: "Sous l’apparence d’un conte cruel la morale de l’histoire pourrait bien être que l’urgence écologique est une question de vie ou de mort."

Par Vincy Thomas,
Créé le 15.04.2021 à 10h18,
Mis à jour le 15.04.2021 à 11h00

Le Prix du roman d'écologie 2021 a été décerné à Lucie Rico pour son premier roman Le chant du poulet sous vide, paru aux éditions P.O.L. le 5 mars. Le prix est remis à la BnF le jeudi 15 avril.
Lucie Rico, a réalisé un court-métrage, un moyen-métrage et un documentaire. Elle est aussi scénariste.

Le jury a aussi attribué une mention spéciale à Serge Joncour pour Nature humaine (Flammarion). 

"Avant même d’être un roman d’écologie, Le chant du poulet sous vide est un livre qui procure un grand plaisir de lecture : c’est très inventif, très intelligent et très drôle, porté par une écriture limpide et très juste de bout en bout. Et sous la loufoquerie, il traite de questions profondes, comme l’industrie alimentaire ou le rapport entre l’homme et l’animal, proches jusqu’au malaise. Parler d’écologie politique avec le sourire, ça vaut bien un prix" explique Alexis Jenni, président du jury depuis 2019.
 
"Quand on aime les poulets, on aime tout d'eux. La gentillesse qu'on leur donne, ils nous la rendent en sortant du four." Lucie Rico - Résumé de la quatrième de couverture


Le livre suit Paule, qui, après la mort de sa mère, quitte la ville où elle vit avec son mari architecte pour s'occuper de l'élevage des poulets dans la ferme familiale. Le fait de devoir les tuer afin de les vendre au marché ne cesse de lui rappeler le décès de sa mère, d'autant qu'elle s'attache à ces volailles. Avant chaque mise à mort, elle leur rend hommage et écrit leur biographie.

"Lucie Rico construit un monde dont le glissement vers l’absurde et le drame renvoie aux contradictions qui sont les nôtres face à la transformation écologique" affirme Lucile Schmid, présidente de l'Association qui organise le prix.
 
Cette quatrième édition du prix clôt le cycle de conférences inédit consacré aux liens entre Littérature et Écologie conjointement organisé par la BnF et le PRÉ à l'automne 2020. Le 15 avril, Pierre Schoentjes anime la dernière conférence, intitulée "Littérature et écologie, un lien de longue date" à 17h30.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités