Ils se lancent

Manga de création et indépendance retrouvée : trois questions à Mahmoud Larguem (Nouvelle Hydre)

Ludivine Gouhier et Mahmoud Larguem, fondateurs de Nouvelle Hydre. - Photo Nouvelle Hydre/DR

Manga de création et indépendance retrouvée : trois questions à Mahmoud Larguem (Nouvelle Hydre)

Mahmoud Larguem et Ludivine Gouhier, anciens responsables du label H2T au sein de Pika (Hachette), retrouvent leur indépendance avec Nouvelle Hydre. La maison spécialisée dans le manga de création publie ses premiers titres le 14 juin. Pour l'occasion, Mahmoud Larguem nous parle son départ de Pika et des débuts de cette nouvelle aventure éditoriale.

J’achète l’article 1.5 €

Par Dahlia Girgis,
Créé le 15.06.2023 à 10h53

Mahmoud Larguem et Ludivine Gouhier ont retrouvé leur indépendance éditoriale. Ils publient le 14 juin les premiers titres de leur maison Nouvelle Hydre. Le couple d’anciens libraires avait fondé en 2016 “Hydre à 2 têtes”, spécialisé dans le manga de création. Pika (Hachette) l'avait racheté en 2018 pour en faire au sein de son catalogue le label H2T.

Mais au bout de quatre ans, les deux fondateurs apprennent que tout s'arrête pour des raisons commerciales. La directrice marketing de Pika, Elisa Amblard indiquait alors à Livres Hebdo : « Le label n’a pas eu le succès escompté au départ, c’est pourquoi à terme l’objectif sera de réintégrer la création originale au sein du catalogue Pika Edition ». Le temps que les séries en cours arrivent à leur terme, H2T reste commercialisé, précise également Pika.

Ailleurs, l’aventure du manga de création se poursuit : une dizaine d’auteurs, parmi les quinze qui étaient publiés chez H2T, ont déjà rejoint Ludivine Gouhier (responsable presse, relations libraires et événementiel) et Mahmoud Larguem (éditeur). Ce dernier nous livre les détails de cette nouvelle aventure. 

 

Livres Hebdo : Vous êtes de nouveau indépendant. Comment vous sentez-vous ?

Mahmoud Larguem : Un mois avant d’apprendre notre départ, nous nous projetions loin avec Pika. Le licenciement a été soudain, mais nous sommes arrivés à retomber sur nos pattes. Nous allons redevenir maîtres d’une série de décisions que ne pouvions pas prendre en raison de la hiérarchie. Je pense notamment au rapport au libraire : la présentation du catalogue de H2T était assurée par un service de diffusion, mais il n’était pas assez mis en avant. Dorénavant, nous échangerons directement avec les libraires, et allons aussi décider des festivals où assister. Dès juillet, nous serons notamment au Quartier manga de la Japan Expo.

 

Quelles différences entre Nouvelle Hydre et le label H2T ?

Les dimensions évoluent avec des formats perfect, en A5. Il s’agit d’une taille plus grande qui se banalise chez de grands éditeurs comme Glénat, mais aussi dans le webtoon. L’édition est augmentée avec huit pages couleur au début de chaque manga et beaucoup de bonus pour une pagination qui oscille entre 220 et 250 pages. Le prix de vente augmente ainsi passant de 8,20 à 13,95 euros. Enfin, la distribution sera assurée par nous-même.

 

Comment allez-vous développer votre ligne éditoriale ?

La ligne éditoriale reste la même que H2T avec ses deux critères principaux : l’émotion et l’originalité. Nous voulons des séries qui ne cherchent pas à être dans le mimétisme de ce qui se fait au Japon. Nous avons envie que les lecteurs découvrent des titres singuliers avec les codes du manga japonais, mais une narration et des problématiques "made in France". Nous rééditons les titres anciennement chez H2T avec des tirages entre 1500 et 2000 exemplaires. Deux "one shot" sortiront également à l’occasion du Festival d'Angoulême en janvier. Les nouvelles séries paraîtront fin 2024, début 2025. Pour l'instant, nous sommes concentrés sur les auteurs qui ont accepté de nous suivre et de nous motiver.

Les dernières
actualités