Phénomène: l’amour des mots

Christiane Taubira est une femme de lettres. Si son précédent livre, Nous habitons la Terre (février 2017, 23 000 ventes), n’a pas atteint les scores de Murmures à la jeunesse (février 2016, 157 000 ventes), chacun de ses ouvrages attire un lectorat fidèle. Baroque sarabande, publié le 19 avril par son éditeur Philippe Rey, rejoint les meilleures ventes avec 21 000 exemplaires mis en place sur un tirage de 25 000.

Baroque sarabande a eu les honneurs de France Inter, de "La grande librairie" et du Monde des livres. La personnalité sans concession de l’ex-ministre de la Justice, arrivée au sommet de l’Etat malgré des origines modestes, fascine et fait son succès. Au gré de ses lectures éclectiques, qui vont d’Aimé Césaire et James Baldwin à Chester Himes, en passant par Alexis de Tocqueville, Julio Cortázar et Nâzim Hikmet, elle dévoile son immense culture littéraire et sa grande sensibilité.

Dans ce petit livre précieux, Christiane Taubira clame son amour pour la langue, les mots, la poésie, la musique et la littérature. "Une cure de Bertolt Brecht et de Howard Zinn vous ramène sur terre, Beckett et Ionesco vous secouent à grands bruits et en silences. […] José Lezama Lima vous promettait presque le Paradis. Toni Morrison ne vous laisse aucun répit…", écrit-elle. Claude Combet

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités