Misha Defonseca ne touchera rien pour “Survivre avec les loups”

“Survivre avec les loups” : le film et le livre

Misha Defonseca ne touchera rien pour “Survivre avec les loups”

La justice américaine a estimé que l'éditrice américaine de l'ouvrage ne devait rien à son auteure puisque cette dernière avait totalement inventé une histoire qu'elle avait présentée comme vraie.

Par Catherine Andreucci ,
avec ca Créé le 15.04.2015 à 19h12

Le 24 novembre, la cour d'appel du Massachusetts a décidé que l'éditrice américaine de Survivre avec les loups n'aurait pas à payer à son auteure Misha Defonseca les 22,5 millions de dollars qu'un précédent tribunal américain l'avait condamnée à régler. En revanche, Jane Daniel devra verser 10 millions de dollars à Vera Lee, la coauteure de cet ouvrage qui s'était révélé être une supercherie littéraire.

Misha Defonseca, de son vrai nom Monique de Wael, avait présenté comme étant la sienne cette histoire d'une petite fille juive qui avait échappé aux nazis et survécu dans les forêts européennes grâce à des loups, avant de révéler, en 2008, qu'elle avait inventé son récit de toutes pièces.

L'ouvrage, publié en France chez Robert Laffont en 1997 et repris chez XO en 2005, était entretemps devenu un best-seller mondial et avait donné lieu à une adaptation cinématographique en France.

The Boston Globe rapporte, dans son édition du 25 novembre, que la cour d'appel a motivé sa décision par le fait que le livre reposait un mensonge - Misha Defonseca n'est pas une rescapée de la Shoah - qui avait causé une vive émotion.

Le litige entre l'éditrice américaine, l'auteure Misha Defonseca et la coauteure Vera Lee existait bien avant que ne soit révélée la supercherie. Vera Lee réclamait à Jane Daniel des droits de coauteur qu'elle estimait bafoués car l'éditrice avait supprimé son nom de la couverture, le reléguant à la page de copyright.

Au moment de l'écriture de l'ouvrage, Vera Lee avait estimé que certains points du récit de Misha Defonseca devaient être vérifiés. La cour d'appel lui a donné raison.

En revanche, Misha Defonseca, qui avait elle aussi engagé des poursuites contre une éditrice jugée mauvaise payeuse, n'aura droit à rien.

Les dernières
actualités