Plus de 200 éditeurs chinois au sommet organisé par Bookdao avec "Livres Hebdo" | Livres Hebdo

Par Fabrice Piault, à Pékin, le 24.08.2016 à 18h54 (mis à jour le 25.08.2016 à 09h38) Pékin

Plus de 200 éditeurs chinois au sommet organisé par Bookdao avec "Livres Hebdo"

Le sommet organisé à Pékin autour du classement "Livres Hebdo" 2016 de l'édition mondiale a largement mobilisé l'édition chinoise - Photo F.PIAULT/LH

Les patrons de trois géants de l'édition chinoise et de trois groupes occidentaux, dont Penguin Random House et Cengage, ont détaillé leur vision du métier à l'occasion de la présentation par Bookdao.com du 10e Classement annuel Livres Hebdo de l'édition mondiale, dont il est l'éditeur en Chine.

En marge de la Foire internationale du livre de Pékin, qui se déroule du 24 au 28 août, plus de 200 éditeurs chinois et quelques étrangers ont participé, mardi 24 août, dans un grand hôtel de la capitale chinoise au "Global Top 50 Publishers Summit", organisé par le site d'information professionnelle Bookdao.com en partenariat avec Livres Hebdo et Rüdiger Wischenbart Content & Consulting.

Organisé à la veille de la publication, vendredi 26 août, du Classement annuel Livres Hebdo de l'édition mondiale, par Livres Hebdo et par ses partenaires Publishers Weekly (Etats-Unis), Buchreport (Allemagne), Bookdao.com (Chine), The Bookseller (Royaume-Uni) et PublishNews (Brazil), ce "sommet" donnait l'occasion à plusieurs grands patrons d'édition chinois et étrangers de présenter leur vision d'une profession qui "est fortement engagée dans une réflexion sur son avenir", a souligné en introduction Chen Sanguo, président de Bookdao.com.

Pour le vice-président de l'Association des éditeurs chinois, Wu Shulin, qui soutenait l'initiative et s'est félicité que cinq groupes chinois figurent au Top 50 des éditeurs mondiaux, "l'édition a tout lieu d'être optimiste car elle apporte à la société la connaissance et donc les moyens de son développement".

Premier éditeur à intervenir dans une réunion qui a beaucoup tourné autour des enjeux numériques, Gong Shugnang, président de China South, à toutefois tenu à rappeler que "la période n'est pas facile. Le nombre de lecteurs recule en Chine, et la relation du public au numérique est complexe, car il est souvent utilisé juste pour le fun", précise-t-il avant de douter qu'il puisse y avoir substitution complète du numérique au papier et de souhaiter que "les éditeurs continuent de soigner la qualité du livre imprimé".

Après que le nouveau président de Phoenix, Zhang Jiankang, a présenté les activités de son groupe, Tong Jian, président de Zhejiang Publishing, a estimé qu'"avec les groupes qui concentrent des activités diverses émergent de nouveaux modèles économiques pour l'édition, qui prennent en compte les transformations apportées par internet, notamment en terme de marketing".

Pour sa part Alexander Broich, président de Cengage Learning International, un des principaux fournisseurs de contenus pour l'éducation et les bibliothèques dans le monde, s'est intéressé aux particularités du marché chinois, sur lequel "les partenariats avec des entreprises locales jouent un rôle essentiel". Vice-président exécutif de Klopotek USA, David Hetherington a détaillé les services proposés par son entreprise, qui fournit des logiciels et des services informatiques à des centaines d'éditeurs dans le monde.
 
Chen Sanguo (Bookdao.com) interviewant le P-DG de Penguin Random House, Markus Dohle - Photo FABRICE PIAULT


Pour clore le sommet, Markus Dohle, le P-DG de Penguin Random House, principal groupe mondial d'édition généraliste, a répondu aux questions des organisateurs et de la salle. "Le modèle de l'édition n'a pas tellement changé depuis Gutenberg, a-t-il observé. Il s'agit toujours de stimuler et d'accompagner la création, et de promouvoir et vendre. Les nouvelles activités numériques se sont ajoutées aux activités liées au papier sans bouleverser les fondamentaux du métier."

"Seulement, ajoute-t-il, nous avons dû faire un gros travail au sein de notre groupe pour combattre l'idée que nos éditeurs de livres imprimés représenteraient le passé alors que nos éditeurs numériques incarneraient l'avenir. En fait, les deux catégories s'inscrivent dans l'avenir."

Markus Dohle assure que "l'imprimé restera toujours important pour nous. Le principal changement apporté aux éditeurs par le numérique, admet-il seulement, est qu'il les ouvre d'une activité essentiellement B to B à une activité B to C".

Interrogé par la salle, le P-DG de Penguin Random House a aussi estimé "que l'édition de livres n'a pas besoin d'un modèle d'abonnement" et souligné que "la protection de la propriété intellectuelle et du droit d'auteur est pour nous essentielle", rappelant que les éditeurs ont "la responsabilité de maximiser les revenus de leurs auteurs".
 
"Livres Hebdo" était partenaire du sommet de Pékin en tant qu'initiateur du "Classement annuel de l'édition mondiale" - Photo FABRICE PIAULT
close

S’abonner à #La Lettre