Etude

Plus de 80000 emplois auraient été détruits en France en dix ans à cause du e-commerce

Action menée par Attac, Les amis de la terre et ANV Cop21 vendredi 4 décembre 2020

Plus de 80000 emplois auraient été détruits en France en dix ans à cause du e-commerce

Chaque emploi créé dans le e-commerce en a détruit près de six dans les entreprises de taille plus modeste.  Les librairies et les magasins de journaux ont été particulièrement touchés par le développement du commerce en ligne.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 04.12.2020 à 18h31,
Mis à jour le 07.12.2020 à 09h43

Une étude menée dans sept pays, conduite par par Ano Kuhanathan, économiste passé par le cabinet de consultants EY et l’assureur Axa, et Florence Mouradian, consultante et ex-économiste de l’OCDE, et commandée par la députée européenne de La France insoumise Leïla Chaibi, démontre une fois de plus que le commerce en ligne est plutôt défavorable à la création d'emplois.
 
  • Le recours croissant au e-commerce a engendré 114000 destructions d’emplois dans le secteur du commerce de détail non-alimentaire en France sur la période 2009-2018 (16,8% des effectifs de 2018), contre 3000 destructions en Allemagne (0,2%) et 49000 destructions en Espagne (7%). L'Italie, avec un faible taux de pénétration du e-commerce, ne connaît pas le même scénario.

  • La digitalisation a permis dans le même temps de créer 33000 emplois dans le commerce de gros en France sur la même période (17% de l’emploi en 2018) alors que l’Allemagne en a perdu 76000 (21,4% des effectifs de 2018) et que seulement 6000 ont été créés en Espagne (3%). 

  • En France, seules les grandes entreprises (plus de 250 employés) du commerce non-alimentaire de détail et de gros ont créé des emplois sous l’effet du e-commerce. Mais chaque emploi créé dans le e-commerce en a détruit près de six dans les entreprises de taille plus modeste.

  • Au total, pour le commerce non-alimentaire au sens large, si l’on établit le solde des créations/destructions pour les commerces de détail et de gros, la France et l’Allemagne ont, tous deux, perdu plus de 80000 emplois entre 2009 et 2018. L’Espagne s’en sort mieux avec 43 000 emplois détruits.

  • Les scénarios prospectifs prévoient entre 46000 et 87000 emplois détruits en France d’ici 2028 en fonction de la progression du e-commerce sur l’ensemble des secteurs étudiés (commerce de détail, de gros et 4 branches de services). En Allemagne, selon le scénario, ce serait 98000 à 127000 emplois qui disparaîtraient.


Alors que les ventes en ligne sont de plus en plus importantes pour les entreprises, l'étude, qui analyse les données en Allemagne, Finlande, France, Espagne, Italie, Pays-Bas et Portugal, corrobore les premières évaluations réalisées en France par le député Mounir Mahjoubi il y a un an, qui démontrait qu'Amazon avait détruit en 2018 deux fois plus d'emplois qu'il n'en a créé.

Les Librairies et magasins de journaux particulièrement impactés

Plus précisément, l’emploi dans certains secteurs non-alimentaire et dans certains pays semble souffrir davantage du développement de la consommation en ligne des particuliers que dans d’autres. En Italie, en Espagne et au Portugal, dans le secteur des Livres et journaux, l'élasticité de l'emploi face au e-commerce est positive. Dans tous les autres pays, le e-commerce détruit des emplois dans ce secteur, particulièrement aux Pays-Bas et en France. Dans l'Hexagone, cela représente une perte nette de 2876 emplois dans le secteur du livre et des journaux entre 2009 et 2018, touchant principalement les petites entreprises ou commerces de moins de 9 employés.

A l'occasion du Black Friday, qui démarre aujourd'hui, de nombreuses associations ont manifesté contre la surconsommation et milité pour un moratoire sur la contruction de nouveaux entrepôts, notamment à Bercy où se sont joints des militants du collectif ANV-COP 21, des associations Attac, Amis de la Terre et Action Climat Paris. A Fournès dans le Gard, Attac a manifesté contre le projet d'Amazon, interpellant le député local. Dans le même temps, le Coderst (Comité départemental d'évaluation des risques sanitaires et technologiques) du Haut-Rhin a délivré jeudi un "avis favorable" à l'implantation d'un entrepôt géant de e-commerce sur la commune d'Ensisheim.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités